×
Publié le
27 févr. 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Envie de grand air et esprit ethnique chez Antonio Marras et Etro

Publié le
27 févr. 2021

S’échapper du temps présent, bouger au grand air en toute liberté, s’envoler pour des contrées lointaines et exotiques... Ce sont tous ces désirs refoulés, qui semblent déteindre sur la garde-robe féminine de l’automne-hiver 2021-22. Comme l’ont illustré vendredi, à Milan, les riches collections d’Antonio Marras et d’Etro, toutes deux traversées d’influences ethniques faisant la part belle à l’artisanat.


Un paysage à perte de vue accueille le défilé du styliste sarde - Antonio Marras

 
Antonio Marras nous embarque dans sa Sardaigne natale, convoquant mythologie, rites magiques et traditions ancestrales. Pour présenter sa collection, le styliste a choisi de tourner son film dans le complexe préhistorique nuragique Su Nuraxi de Barumini au centre et sud de l’île. Un pur moment de mystère et poésie, où le créateur puise plus que jamais dans son univers conviant bergers, chasseurs, paysannes, enfants, anges et fées. Sans oublier la mariée avec son bébé !

Sur une route de campagne, qui se déroule à perte de vue dans de grands espaces verts déserts, défile le long cortège des mannequins comme dans une procession. Entre musique folklorique et les cloches et bêlements des chèvres, femmes et hommes ont revêtus leurs plus beaux apprêts pour venir honorer la reine ou prêtresse des lieux au pied des tours de pierres mégalithiques.

Le noir s'impose dans cette garde-robe à la fois sobre et riche, réhaussée de fleurs rouges et blanches, brodées ou imprimées dans de nombreuses pièces (y compris sur de jolies chaussettes hautes), tout comme le tartan rouge et noir, décliné dans robes, vestes, tops et jusque dans des maxi kilts pour homme.

La robe de soirée pour l'hiver prochain - Antonio Marras


Avec ses cols en coton blanc volantés, ses broderies folkloriques, ses feutres et laines épaisses à carreaux et rayures, ses châles-couvertures, ses fichus et coiffes originales ou encore ses longues jupes plissés et robes traditionnelles, la collection dégage un esprit rural comme si elle avait été conçue pour vivre en pleine nature.

Pièces à manches, maxi longueurs, tricots épais et lainages dominent. Mais Antonio Marras ne met pas de côté pour autant sa passion pour les détails et les décorations précieuses. Les robes en chiffon noir transparentes sont rebrodées. Des vestes kimonos sont réalisés dans des patchworks de brocarts et matières nobles. Paillettes, tulles, plumes et strass illuminent manteaux, blousons et vestes, tandis que l’argent s’invite dans une jupe moirée ou à bandes lumineuses. A noter aussi les superbes bijoux sacrés réalisés par l’orfèvre sarde Nanni Rocca.

Miracle de la technologie, à défaut de pouvoir bouger, Etro nous fait voyager entre deux continents. Le défilé à Milan et l’accompagnement musical à Los Angeles, d’où la chanteuse britannique Arlissa intervient en direct. Et c’est parti pour un périple ethnique mixant cultures et horizons différents dans un patchwork réussi de tissus précieux et de techniques traditionnelles.
 
Pour interpréter au plus près la femme libre et rebelle de l’hiver prochain, la directrice artistique Veronica Etro s’est inspirée du vestiaire du danseur russe Rudolf Noureïev et du guitariste américain Jimi Hendrix, dont une série de costumes ont été collectionnés pendant trente ans par son père Gimmo, fondateur de la maison connue pour ses somptueuses étoffes. Le tout mélangé, bien sûr, avec le savoir-faire de la griffe.

Une silhouette de l'automne/hiver 2021-22 - Etro

 
Imprimés, broderies, tapisseries, influences tribales, broderies russes traditionnelles, passementeries, velours chatoyants… Tout s’entremêle en joyeux patchwork dans une même énergie chaleureuse à travers une palette automnale ravivée par la lumière de tonalités rouges, jaunes et orangées.
 
Les grands manteaux des steppes sont bordés de larges galons, les pull-overs jacquard reprennent le motif Paisley, emblème de la maison, que l’on retrouve dans de nombreux pantalons colorés. Une veste en peau retournée est décorée de broderies lumineuses, un long manteau léopard alterne avec une veste patchwork matelassée. Ailleurs, jupes, vestes et blousons prennent des allures de tapisserie.
 
Des cuissardes en cuir noir ou brodées d’or et de grosses ceintures en cuir à boucle métallique définissent la silhouette, tour à tour sportive et décontractée avec des leggings et sweaters à cordons multicolores avec pompon, ou sexy et chic avec des minirobes, de longues tenues fluctuantes, ou encore des blouses scintillantes. Les franges sont partout, bordant vestes, robes ou sacs, mais aussi cliquetantes dans de longues boucles d’oreille et colliers.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com