×
Publicités
Par
AFP
Publié le
27 mars 2007
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Environ 4 % des Français mesurent plus d'1,90 m, selon une étude

Par
AFP
Publié le
27 mars 2007

PARIS (AFP) - Les grands ne veulent plus courber l'échine : ils sont près de deux millions en France, selon les résultats de la campagne nationale de mensuration 2003-2005, et ont l'intention de se faire entendre des industriels.


Isabelle 1,90 m (gauche) et Kalyne, 1,80 m (droite), deux stylistes autodidactes posent avec un passant, le 22 février 2002 à Paris - Photo : Jean-Loup Gautreau/AFP

"On va faire un peu de lobbying", a déclaré mardi 27 mars Didier Mattiuzzi, grand échalas d'1,91 m, président de l'association Altitudes, qui regroupe "des grandes et des grands", lors d'une conférence de presse organisée conjointement avec l'Institut Français du Textile et de l'Habillement (IFTH).

D'après les données rendues publiques par l'IFTH, 1,28 % des femmes dépassent 1,80 m ce qui, selon M. Mattiuzzi, représente "404 876 clientes potentielles". Et 4,26% des hommes mesurent plus d'1,90 m, soit "1 274 038 clients potentiels".

La stature moyenne de l'homme français est de 1,75 m, celle de la Française d'1,62 m.

Altitudes, association qui revendique 200 adhérents dont 60 % en Ile-de-France, a dressé, diapositives à l'appui, un tableau à la fois calamiteux et cocasse de la vie quotidienne des "grands".

"Quand on fait plus d'1,95 m, on rencontre des difficultés avec le mobilier urbain", a souligné M. Mattiuzzi, en montrant "Alphonse, 2 mètres", courbé devant une borne SNCF.

Dans le train, ce n'est pas mieux : "les sièges TGV ne sont pas adaptés" et "impossible de baisser la tablette". Il constate une amélioration dans les nouveaux TGV, mais "en seconde comme en première, ça coince".

Les cabines téléphoniques sont trop petites, le câble du téléphone trop court. A l'hôtel, il faut choisir, au lit, entre "pieds froids ou épaules gelées", le pommeau des douches est trop bas. Quant à la baignoire,"ça ne rentre pas". A l'hôpital, le brancard "est trop court" mais par chance, la table d'opération peut être "rallongée", constate M. Mattiuzzi.

En voiture, "vive le toit ouvrant" lorsque les cheveux "flirtent avec le plafond", et attention au "pare-soleil qui devient pare-route", avec "un champ de vision réduit". En scooter, les grands doivent s'asseoir sur la place arrière.

Côté mode, Altitudes s'étonne que les industriels français ne prennent pas davantage en compte les grands, à la différence de pays comme la Grande-Bretagne ou l'Allemagne.

La corpulence des grands est sensiblement la même que celle de l'ensemble de la population, a souligné Patrick Robinet, qui a dirigé la campagne de mensuration pour l'IFTH.

En matière de chaussures, chez les hommes comme chez les femmes, les grands ont quatre pointures de plus que la moyenne, a précisé M. Robinet. "Au-delà du 46 pour les hommes, c'est carrément impossible" et "le choix est relativement restreint pour le 46", a déploré M. Mattiuzzi.

Pour les femmes, "au-delà du 41, c'est très compliqué et très peu de modèles sont proposés avec des talons". En ce qui concerne les vêtements, "les manches sont trop courtes et la taille des coupes cintrées pour femmes n'est pas adaptée", a-t-il souligné.

"Quelques grandes sociétés nous prennent au sérieux et nous écoutent", a déclaré M. Mattiuzzi, mais les industriels français restent "frileux".

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.