×
Publicités
Publié le
5 oct. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Eram tente le pari de la chaussure "made in France" à moins de 100 euros

Publié le
5 oct. 2020

Alors que la crise sanitaire a relancé le débat sur la relocation industrielle en France, l'enseigne de centre-ville Eram fait un pas en avant sur le plan de la fabrication locale. Mettant déjà au point des paires dans son usine de Montjean-sur-Loire depuis quelques saisons, la marque, qui vient par ailleurs de se lancer dans la seconde main, fait grandir cet automne sa gamme baptisée Eram Flex, centrée sur le confort du pied.


Visuel de la collection Eram Flex automne-hiver 20/21 - Eram


Ce nom "Eram Flex" désigne en effet une technologie brevetée développée par le groupe à l'hiver 2019, à savoir une semelle souple et respirante, garantissant un certain amorti.

Pour séduire une plus large cible, Eram a fait évoluer sa réflexion sur l'aspect style de sa production tricolore. "Nous avons changé notre fusil d'épaule concernant le style de ces paires made in France: plutôt que les réserver à des modèles mode pointus et originaux, ce qui ne contribuait pas à rendre le made in France accessible, nous avons choisi de fabriquer dans notre usine des modèles best-sellers, faciles à porter", explique François Aspe, codirecteur de marque.

Parmi la vingtaine de modèles Eram Flex cette saison, se trouvent par exemple une paire de boots en cuir beige vendue 99 euros, mais aussi des derbies à 75 euros, des bottines à 119 euros ou des bottes affichées à 149 euros. Un petit drapeau bleu-blanc-rouge cousu à l'intérieur de la chaussure souligne son origine.


Cette paire de derbies de la gamme Eram Flex est affichée à 75 euros - DR


Dans une vingtaine de boutiques du réseau Eram, cette ligne bénéficie d'un merchandising distinct pour renforcer sa visibilité, qui est aussi l'occasion de promouvoir une action solidaire: pour toute paire Eram Flex achetée jusqu'à fin octobre, l'entreprise reversera 5 euros à Emmaüs.

Employant 200 personnes, le site de fabrication installé dans le Maine-et-Loire, nommé "La Manufacture", est exploité par le groupe depuis 1927. Il met au point les prototypes et fabrique certains souliers pour les marques du groupe, Eram, Bocage et Sessile (jeune label de baskets), mais aussi pour des acteurs tiers comme Le Coq Sportif ou 1083. En 2019, 320.000 paires de chaussures sont sorties de cet atelier.


Assemblage au sein de l'usine de Montjean-sur-Loire - Groupe Eram


Il faut rappeler qu'Eram commercialise également depuis 2019 les produits de l'enseigne Texto, qui appartient au même groupe et dont le réseau a été drastiquement réduit. Ces modèles au style plus glamour complètent l'offre Eram, dont l'objectif est de s'adresser à une cliente protéiforme, qu'elle soit classique, en quête de confort ou adepte de l'achat coup de cœur... En ce moment, les tendances seventies et grunge sont les plus plébiscitées en magasins.

L'approche concernant l'offre enfant évolue elle aussi. Un abonnement a été lancé cette année dans 50 points de vente: moyennant 5 euros dépensés une fois, un client peut bénéficier de 15% de réduction sur les paires destinées aux bambins toute l'année. "L'enfant n'attend pas les promotions pour avoir besoin de changer de paire, ce système simple offre de la promotion sans trop abimer la valeur du produit", estime François Aspe, ajoutant que dans les boutiques concernées, plus de 20% des tickets enfants sont d'ores et déjà générés via cet abonnement, qui pourrait s'étendre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com