×
6 351
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
26 juil. 2016
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Eric Costa (Citynove) : "L'immobilier doit être un levier pour l'exploitation"

Publié le
26 juil. 2016

C’est une vraie mutation que pilote depuis plusieurs années la branche immobilière du Groupe Galeries Lafayette via sa foncière créée en 2010, Citynove. Son président depuis sa création, Eric Costa, qui fut de 2006 à 2009 directeur immobilier du groupe, explique à FashionMag Premium comment, via l’évolution de son immobilier, c’est toute la stratégie de l’entreprise qui évolue pour s’ancrer dans le 21e siècle et l’époque d’Internet.

Eric Costa - Maxime Lenik


FashionMag : Pourquoi le groupe Galeries Lafayette s’est donné une direction immobilière ?

 Eric Costa : L'objectif a été d’abord de rationaliser la gestion du patrimoine immobilier du groupe. Cela a conduit à créer la direction immobilière d'abord puis la filiale Citynove. La décision a été prise de céder pour près d'un milliard d’euros d’actifs entre 2007 et 2010 (notamment à Paris, le 38 rue Blanche, l’ancien siège de Laser Cofinoga rue des Archives et à Nice Cap 3000) pour nous recentrer sur l'immobilier commercial de centre-ville qui abrite nos grands magasins. Aujourd’hui, le groupe est propriétaire de plus de 800 000 mètres carrés de surface commerciale en France.

FM : En 2010, a été créée Citynove avec un statut de foncière intégrée. Dans quel but ?

 EC : Le but était de professionnaliser l'activité immobilière pour adapter nos magasins à l'évolution des modes de consommation. Cela signifie distinguer l'immobilier de l'exploitation commerciale pour que nos magasins-enseignes soient soumis à des loyers de marché. Ainsi, l'exploitation a une incitation forte à rationaliser l'occupation des surfaces et donc son offre. Cela a contribué à passer d'une forte culture du produit à une meilleure orientation client. La question est simple : nous avons vécu avec ce patrimoine immobilier tout au long du 20e siècle, quel atout constitue-t-il au 21e siècle, à l’heure d’Internet ? Notre volonté est évidemment de pérenniser les grands magasins.

Marseille Bourse - François Moura


FM : Vous me rassurez… Le grand magasin reste au centre des préoccupations du groupe !

EC : C'est bien notre priorité. Mais la question qui s’est posée est quel grand magasin ? Le grand magasin, dans une ville, fait partie du patrimoine public, un peu comme un théâtre ou un musée. Il a survécu aux mutations du marché parce qu’il a toujours su s’adapter. Nous poursuivons cette évolution à l'heure d'Internet. Il fallait donc réinventer le grand magasin, lui permettre de redéfinir son originalité face à des centres commerciaux qui le copient et qui montent en gamme. Les clients n’attendent plus de nous que nous ayons les mêmes codes que la grande distribution. Un des éléments forts pour cela est de revenir à des codes architecturaux caractéristiques des grands magasins.

FM : Comment avez-vous procédé ?

EC : Nous avons défini des principes comme faire en sorte que le grand magasin redevienne un emblème dont la ville soit fière. Il fallait aussi que ce soit un ouvrage innovant, un espace scénographié, en mouvement. C’est pour cela que nous avons choisi de faire appel à des architectes non spécialisés en architecture commerciale. Pour le futur magasin des Champs-Elysées, c’est le cabinet danois BIG qui intervient. Pour la transformation du magasin Coupole Haussmann, c’est le cabinet britannique AL_A qui a été retenu après un concours d’architectes. Nous travaillons aussi beaucoup dans la conception de nos projets sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) au-delà de la dimension écologique. Nous y intégrons l’identité culturelle, sociale, en souhaitant participer à la vie de la ville.

Perspective du futur magasin Eataly dans le Marais


FM : Vous attendez quoi de tous ces efforts ?

EC : L’objectif est de créer la préférence des publics pour notre grand magasin, d'en faire un lieu de référence et ainsi de générer du trafic supplémentaire et de la fidélisation. L’immobilier doit être un levier pour l’exploitation. Ce sont deux facettes d'une même stratégie d'engagement passionné en faveur du client.

FM : Vous avez beaucoup de projets dans les cartons ?

EC : Une quinzaine et tous sont complexes. Nous avons un projet à Bron, près de Lyon, d’agrandissement-transformation. A Nice-Masséna dont les travaux sont en cours. A Marseille Bourse avec une fin des travaux cette année. Annecy est attendu. Il y a bien sûr notre grand projet autour du BHV-Marais avec l’ouverture notamment du concept alimentaire Eataly.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com