Estée Lauder va supprimer jusqu'à 1.200 emplois

Le groupe de cosmétiques américain Estée Lauder a annoncé mardi la suppression de 900 à 1.200 emplois, soit 2,5 % de ses effectifs, dans le cadre d'un nouveau plan de restructuration visant à faire des économies.

Estée Lauder

Outre des suppressions nettes d'emplois, le propriétaire des marques Clinique et La Mer entend également ne pas remplacer les départs prévus à la retraite.

L'objectif est d'économiser de 200 à 300 millions de dollars par an. A court terme, le groupe new-yorkais va inscrire une charge de restructuration de 600 à 700 millions de dollars dans ses comptes au quatrième trimestre de son exercice fiscal 2015-16 en cours. Celle-ci comprend des indemnités de licenciements et des dépréciations d'actifs.

Ces mesures font partie d'un nouveau plan de restructuration sur plusieurs années baptisé « Leading Beauty Forward » (Mener la beauté de l'avant), « conçu pour continuer à tirer les ventes, à réduire les coûts et à faire émerger de nouvelles capacités organisationnelles ».

« Nous allons prendre des décisions difficiles affectant les employés (...) mais ferons un effort pour les reclasser et les redéployer partout où ce sera possible », a défendu Fabrizio Freda, le directeur général, sans donner de détails par régions ni par fonctions.

Ces annonces interviennent le même jour où le groupe a annoncé un recul de 2,4 %, à 265,6 millions de dollars, de son bénéfice net trimestriel. Celui-ci, qui est affecté par le raffermissement du dollar rognant les ventes réalisées à l'international, a toutefois moins reculé que redouté.

Le bénéfice par action ajusté, qui sert de référence en Amérique du Nord, est ressorti à 73 cents contre 61 cents espérés en moyenne par les analystes.

Tiré par les recettes générées par le maquillage, le chiffre d'affaires a augmenté de 2,94 % sur un an à 2,66 milliards de dollars, conforme aux attentes du marché. Hors effets de change, les ventes ont augmenté de 6 %, a tenu à faire remarquer l'entreprise qui est affecté comme d'autres multinationales américaines par le raffermissement du dollar contre les devises de pays émergents.

Par secteur d'activités, les revenus générés par le maquillage (44 % du chiffre d'affaires total) ont progressé de 7 %, à 1,16 milliard de dollars. Les marques Smashbox et Tom Ford ont particulièrement bien marché.

Les ventes de crèmes (40 % du chiffre d'affaires) ont légèrement reculé (-3 %), en raison principalement d'un ralentissement des ventes en Asie/Pacifique quand celles de la division dédiée aux parfums (+5 %) ont profité du succès des marques Jo Malone London et Tom Ford.

Estée Lauder a ajusté ses objectifs financiers pour l'ensemble de l'exercice 2016. Les ventes devraient toujours croître de 4 % à 5 %, ou de 9 % à 10 % en devises constantes, mais le bénéfice ajusté par action devrait s'établir désormais dans une fourchette comprise entre 3 et 3,07 dollars contre de 3,07 à 3,12 dollars auparavant. Le marché attend actuellement un bénéfice par action annuel de 3,15 dollars.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

CosmétiquesBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER