×
6 894
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Estée Lauder relève encore ses objectifs financiers annuels

Par
AFP
Publié le
today 1 mai 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

New York, 1er mai 2019 (AFP) - Le groupe de cosmétiques Estée Lauder a une nouvelle fois relevé ses prévisions annuelles mercredi en dépit du Brexit et de la guerre commerciale entre Washington et Pékin, de nature à affecter les ventes de ses crèmes et produits de maquillage.


Facebook: Estée Lauder


La société américaine anticipe désormais une nette amélioration de sa rentabilité et de son chiffre d'affaires pour l'ensemble de l'exercice comptable en cours comparé à il y a trois mois.

Estée Lauder table sur un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, de 5,15 à 5,19 dollars lors de l'exercice devant se clôturer le 30 juin. La précédente prévision était de 4,92 à 5 dollars, tandis que les analystes financiers espèrent 5,06 dollars en moyenne.

Le chiffre d'affaires annuel devrait croître dans une fourchette comprise entre 7 % et 8 %, mais à périmètre et taux de change constants la croissance sera de 10 % à 11 %. En février, Estée Lauder tablait sur une hausse nette des ventes comprise entre 4 % et 5 % pour une croissance organique de 8 % à 9 %.

C'est la troisième fois que l'entreprise relève ses objectifs financiers. Cet optimisme était salué à Wall Street, où le titre bondissait de plus de 3 % dans les échanges électroniques de pré-séance.

La Chine tire les ventes

Les investisseurs étaient d'autant plus satisfaits que le groupe Estée Lauder reste confiant malgré plusieurs facteurs susceptibles de peser sur ses prochaines ventes et risquant de limiter les dépenses des consommateurs.

La société a notamment énuméré les coûts liés au Brexit, de nouvelles taxes douanières que prévoient de s'imposer les États-Unis et la Chine en cas d'absence d'accord commercial, la volatilité des devises et les fermetures de points de vente aux États-Unis et au Royaume-Uni.

« Nous continuons à observer une solide (demande) dans plusieurs moteurs de notre croissance », a expliqué le PDG Fabrizio Freda, citant la région Asie-Pacifique, la catégorie des produits des soins de la peau, les produits vendus sous la marque Estée Lauder, La Mer et Tom Ford.

Lors des trois mois achevés le 31 mars et correspondant au troisième trimestre de son exercice comptable 2018/19, Estée Lauder a dégagé un bénéfice net de 555 millions de dollars, en hausse de 49,1 %.

Le dollar fort a rogné les profits de 146 millions de dollars, un manque à gagner limité par un gain de 106 millions du fait d'une optimisation comptable.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 11 %, à 3,74 milliards de dollars, contre 3,52 milliards escomptés.

Cette performance est due à de solides ventes de crèmes, dont les revenus ont grimpé de 20,5 %, à 1,74 milliard de dollars, grâce notamment aux consommateurs en Europe, Moyen-Orient, Afrique et en Asie-Pacifique, dont la Chine.

Les produits de marque Estée Lauder, la griffe La Mer et les marques Origins et Clinique ont notamment enregistré de solides ventes en ligne, souligne l'entreprise.

Les recettes des produits de maquillage ont progressé de 5,25 %, à 1,46 milliard de dollars, tandis que le chiffre d'affaires des parfums a augmenté de 2,6 %, à 392 millions de dollars.

Les ventes des produits capillaires ont elles diminué de 2,1 %, à 136 millions de dollars.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.