×
7 192
Fashion Jobs
PETIT BATEAU
CDI - Project Leader H/F - Petit Bateau
CDI · PARIS
BOUTIQUE PETIT BATEAU
CDI - Chef de Produit Senior Cible Enfant H/F - Petit Bateau
CDI · PARIS
PETIT BATEAU
CDI - Analyste Support Applicatif Niveau 2 H/F - Petit Bateau
CDI · PARIS
APPROACH RH
Coordinateur(Trice) de Style Senior H/F
CDI · LILLE
SHISEIDO INTERNATIONAL EUROPE
Key Account Manager
CDI · LEVALLOIS-PERRET
CONFIDENTIEL
Chef de Projet Digital E-Commerce H/F
CDI · PARIS
RALPH LAUREN
Human Ressources Manager France/Belgium/Netherlands
CDI · PARIS
RALPH LAUREN
Responsable Relations Sociales H/F
CDI · PARIS
POLÈNE
E-Shop et Acquisition Manager
CDI · PARIS
CALZEDONIA
Animateur Régional Des Ventes - Paris/Ile de France (H/F)
CDI · PARIS
LIVY
Responsable Communication & Marketing H/F
CDI · BOULOGNE-BILLANCOURT
CAROLL
Chef de Projet E-Commerce International H/F
CDI · PARIS 15ÈME
GALERIES LAFAYETTE
Responsable d'Application Marketplace H/F
CDI · PARIS
BALENCIAGA S.A.
Demand Planner
CDI · PARIS
CINQ MONDES
Directeur Adjoint Spa
CDI · PARIS
DAMART
Directeur Logistique International Damart - H/F
CDI · ROUBAIX
MONOPRIX
Responsable de Marchés (f/h) f/h
CDI · CLICHY
LAGARDÈRE TRAVEL RETAIL DUTY FREE GLOBAL
Contrôleur de Gestion Opérations Senior H/F
CDI · LEVALLOIS-PERRET
APPROACH PEOPLE
Senior Consultant(e) en Recrutement (H/F)
CDI · PARIS
CINQ MONDES
Directeur Spa
CDI · PARIS
HERMES FEMME
H/F Data Manager - Hermès Femme
CDI · PANTIN
ISABEL MARANT
Responsable Gestion Des Stocks
CDI · PANTIN

Etats-Unis : la Cour suprême autorise les Etats à taxer l'e-commerce

Par
Reuters
Publié le
today 21 juin 2018
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les Etats ont le droit d’obliger les distributeurs en ligne à collecter la taxe sur la valeur ajoutée, selon un jugement de la Cour suprême des Etats-Unis rendu jeudi en faveur du Dakota du Sud, lancé dans une bataille juridique de longue haleine contre les sociétés de l’e-commerce.


La Cour suprême américaine autorise les Etats à taxer l'e-commerce - Photo: Reuters


Les juges, à une majorité de cinq contre quatre, ont invalidé un arrêt de la Cour suprême datant de 1992 qui interdisait aux Etats d’obliger les sociétés n’ayant pas de « présence physique » chez eux, comme les distributeurs en ligne, à collecter la TVA.

La décision ouvre une nouvelle manne fiscale pour les Etats - jusqu’à 13 milliards de dollars (11 milliards d’euros), selon un rapport fédéral - et remet en cause cet avantage compétitif de l’e-commerce sur les distributeurs traditionnels ayant des magasins en « dur ».

Le juge suprême Anthony Kennedy a ainsi rétabli une loi du Dakota du Sud de 2016 imposant aux principaux distributeurs en ligne installés hors de l’Etat de collecter la TVA, une obligation dont les sociétés d’e-commerce avaient fait appel.

« Le rejet de la règle de la présence physique est nécessaire pour qu’il soit fait en sorte qu’un avantage compétitif artificiel ne soit pas créé par les précédents (attendus) de cette cour », a déclaré le juge qui a toutefois noté que la loi de 2016 risquait encore d’être contestée pour d’autres motifs.

A Wall Street, les titres des distributeurs en ligne chutent après ce jugement: Wayfair perdait 1,95 % et Overstock.com 3,21 % à mi-séance. De même, Etsy et eBay cédaient respectivement 2,5 % et 1,7 %. Le géant de l’Internet Amazon.com a abandonné jusqu’à 1,9 % avant de limiter ses pertes.

Donald Trump s’en est pris fin mars à Amazon, en reprochant au numéro un mondial de la distribution en ligne de bénéficier de tarifs trop avantageux de la part des services postaux américains et de ne pas payer assez d’impôts.

Ce verdict devrait amener d’autres Etats à partir à la conquête de la TVA sur les achats en ligne.

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.