×
Publicités

Etats-Unis : Plongeon des ventes des chaînes de magasins en mai

Par
AFP
Publié le
4 juin 2009
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les ventes des chaînes de magasins aux États-Unis ont nettement baissé en mai, avec une chute de 4,6 % sur un an, à magasins comparables, a annoncé jeudi 4 juin le Conseil international des centres commerciaux (ICSC).


Wal-Mart

Ce chiffre ressort très en-deçà des prévisions de l'ICSC, qui tablait sur une légère croissance des ventes, comprise entre 0 et 1 %.

Pour expliquer cette faiblesse, l'organisation professionnelle a invoqué d'une part une "comparaison difficile" avec le mois de mai 2008, où les consommateurs avaient dépensé l'argent remboursé par l'Etat fédéral dans le cadre de ses efforts de relance de l'économie.

De surcroît, les chiffres de l'ICSC n'incluent plus le numéro un mondial Wal-Mart, qui a cessé de publier ses statistiques mensuelles, et qui tirait les ventes de l'ensemble du secteur. En avril, l'activité des chaînes de magasins avait ainsi progressé de 0,2 % sur un an, mais chuté de 2,7 % hors Wal-Mart.

L'économiste de l'ICSC Michael Niemira a cependant relevé "des distributeurs qui ont commencé à voir quelques améliorations notables" dans leur chiffre d'affaires, après une longue période de crise de la consommation. L'indice des ventes, corrigé des variations saisonnières, a reculé de 0,6 % en mai par rapport au mois précédent, pour s'établir à 104,4 points. Pour juin, l'ICSC table sur une baisse de 3 à 4 % des ventes sur un an.

Les distributeurs américains qui ont publié ce même jour leurs chiffres d'activité en mai font part en majorité d'un fort recul.

Parmi les grands magasins, Macy's a vu ses ventes s'effondrer de 9,5 % à nombre de magasins comparable, une évolution "conforme aux attentes" du groupe. JC Penney a annoncé une chute de 8,2 % de ses revenus à magasins comparables, et annoncé attendre un recul compris entre 9 % et 12 % en juin. Nordstrom a vu ses ventes plonger de 13,1 %.


Target

Le spécialiste des prix bas Target a publié une baisse de 6,1 % de son chiffre d'affaires à magasins comparables. "Nos ventes en mai se sont révélées quelque peu en dessous de nos prévisions", a reconnu le PDG Gregg Steinhafel, cité dans un communiqué.

Les distributeurs d'habillement prêt-à-porter et accessoires n'ont pas été épargnés par la faiblesse de la consommation: à magasins comparables, les ventes de Limited Brands ont baissé de 7 %, celles d'Abercrombie & Fitch de 28 %, celles de Gap de 6 % et celles de Hot Topic de 6,4 %.

Les enseignes de luxe sont durement touchées : Norman Marcus a publié un chiffre d'affaires à magasins comparables en chute de 27 %, et les grands magasins Saks ont vu le leur dégringoler de 26,6 % à magasins comparables et anticipent un recul d'environ 15 % sur l'ensemble du second trimestre.

La chaîne Costco, rivale des magasins Sam's Club de Wal-Mart, a par ailleurs enregistré une contraction de 1 % de son chiffre d'affaires hors carburants.

Leur concurrent BJ's Wholesale Club s'en tire un peu mieux, avec une progression de 4 % de ses ventes hors carburants. "C'est un bon résultat dans un tel environnement économique, bien qu'en-dessous de nos prévisions. (...) Les ventes ont été particulièrement solides dans l'alimentaire, les téléviseurs et équipements informatiques", a indiqué son PDG Laura Sen.

De même, contrairement à ses concurrents, le généraliste Kohl's a limité l'érosion de ses ventes, qui n'ont cédé que 0,4 % en mai.

"Les ventes ont été plus solides que ce que nous anticipions, les accessoires ayant enregistré la meilleure performance sur le mois", a souligné son PDG Kevin Mansell, cité dans un communiqué.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.