×
Publicités

Etats-Unis : recul de 2% en août des ventes des chaînes de grands magasins

Par
AFP
Publié le
4 sept. 2009
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les ventes des chaînes de magasins aux Etats-Unis ont reculé de 2% en août, à magasins comparables, a annoncé jeudi 3 septembre le Conseil international des centres commerciaux (ICSC).


Le magasin Macy's de Las Vegas

Ce recul est moins marqué que ce que prévoyait l'ICSC, qui tablait sur une baisse d'environ comprise entre 3,5% et 4%. Selon l'organisation professionnelle, c'est le recul mensuel le moins important depuis septembre 2008.
Les ventes des chaînes de magasins avaient chuté de 5,1% en juin et de 5% sur un an en juillet. Pour le mois de septembre, l'ICSC table sur une contraction d'environ 2% des ventes sur un an, à magasins comparables.
La performance enregistrée en août "reflète un tournant dans le cycle (de reprise des ventes), l'ensemble des chaînes de magasins faisant état de revenus mensuels meilleurs qu'attendu", a estimé Michael Niemira, chef économiste de l'ICSC, cité dans un communiqué.

Les chiffres de l'ICSC, cependant, n'incluent plus le numéro un mondial Wal-Mart, qui a cessé depuis avril de publier ses statistiques mensuelles et qui tirait traditionnellement les chiffres de ventes de l'ensemble du secteur.
Les distributeurs américains, qui ont également publié jeudi leurs chiffres d'activité pour août, font part en majorité d'importantes baisses.

Parmi les grands magasins, Macy's a vu ses ventes s'effondrer de 8,1% à nombre de magasins comparable (après -10,7% le mois précédent) et Nordstrom de 7,6%. JC Penney peine également à freiner l'érosion de ses revenus: il a vu ses ventes chuter de 7,9%, et table sur un recul compris entre 3 et 6% pour septembre.
Le généraliste Kohl's est l'un des rares groupes de distribution à tirer son épingle du jeu, avec une progression de 0,2% (après +0,4% en juillet).
Le spécialiste des prix bas Target a de son côté fait état d'une baisse de 2,9% de son chiffre d'affaires à magasins comparables. "Les chiffres du mois ressortent au-delà de nos attentes", a commenté le PDG Gregg Steinhafel dans un communiqué, selon qui "la stabilisation" de la fréquentation "représente une amélioration importante par rapport aux tendances du deuxième trimestre".

Les distributeurs d'habillement prêt-à-porter et accessoires continuent de souffrir du ralentissement de la consommation: à magasins comparables, les ventes de Limited Brands ont plongé de 4%, celles d'Abercrombie & Fitch de 29%, celles de Gap de 3% (-12% à l'international) et celles de Hot Topic de 8,1%.
En comparaison, le groupe The TJX Companies, qui a vu ses revenus bondir de 5% à magasins comparables, fait une fois encore figure d'exception.


Magasin Neiman Marcus à Dallas

Comme les mois précédents, les enseignes de luxe demeurent durement touchées: Neiman Marcus a vu son chiffre d'affaires à magasins comparables dégringoler de 16,6%. Celui des grands magasins Saks a pour sa part chuté de 19,6%, et le groupe prévoit une baisse comprise entre 5 et 10% au second semestre.

Les chaînes de magasins-entrepôts tels Costco ou BJ's Wholesale Club, rivaux des magasins Sam's Club de Wal-Mart, ne sont pas épargnées malgré des indicateurs traduisant une stabilisation du marché immobilier aux Etats-Unis.
Costco a enregistré une contraction de 2% de son chiffre d'affaires (mais une hausse 2% si l'on exclue carburants et effets de change). BJ's Wholesale Club a quant à lui dévoilé une croissance de 6% de ses ventes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.