×
7 078
Fashion Jobs

Eté 2006 : l'ode à la féminité de Céline et de Stella McCartney

Par
AFP
Publié le
today 6 oct. 2005
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

PARIS, 6 oct 2005 (AFP) - Les collections prêt-à-porter pour le printemps-été 2006, présentées jeudi à Paris, sont une ode à la féminité de Céline, qui retrouve des couleurs grâce à Ivana Omazic, et de Stella McCartney, adepte d'une ligne qui libère la femme de toute contrainte.


Modèle d'Ivana Omazic pour Céline collection printemps-été 2006 à Paris - Photo : Pierre Verdy

Un premier défilé est toujours un défi. La jeune Croate Ivana Omazic a fait preuve d'intelligence en retournant aux sources de Céline, marque fondée en 1945, vite devenue le symbole d'une élégance parisienne et d'un sportswear chic.

Gants de peau, chaussures à talons, matières luxueuses, une touche de décalé, la femme Céline, qui avait un peu perdu de son identité ces dernières saisons, affiche à nouveau sa classe, en ville ou en safari.

Les agneaux velours caramel sont chauds, le plissé Fortuny de robes du soir courtes faussement sages. Les détails chassent l'ennui : bavolets d'un trench oversized, veste trapèze, cardigan très allongé, chaussettes montantes glissées dans les escarpins et boots étrier.

Toute la famille Omazic était venue de Croatie pour applaudir Ivana, visiblement émue de passer de l'ombre à la lumière.


Modèle Stella McCartney collection printemps-été 2006 à Paris - Photo : Pierre Verdy

De son côté, Stella McCartney veut habiller une "femme moderne", avec une garde-robe impeccable et facile à porter : "a less is more" (le moins fait le plus), explique la créatrice anglaise.

Pour le jour, la silhouette est donc décontractée, entre pantalons à pinces à taille haute et vestes droites sur des chemises d'hommes.

Le denim rend sexy une robe bustier près du corps, tandis que les robes chemisiers en soie ont parfois des volumes exagérés. Une combinaison "mécano" en coton de soie contraste avec une soie blanche imprimée de chaînes dorées plus bourgeoise.


Deux chemises de la collection de prêt-à-porter de Stella McCartney présentée le 6 octobre 2005 à Paris
Photo : Pierre Verdy

Le soir, trois versions sont possibles : rock avec une robe au genou en argent et froncée à la taille, sexy avec des robes noires décolletées ou glamour épicé en long, avec des imprimés reprenant des peintures de Jeff Koons, comme les grosses lèvres rouges.

La maison Léonard hésite depuis quelques années entre d'une part camper sur ses robes immuables aux imprimés fuchsias, qui font la joie depuis bientôt 60 ans de la clientèle asiatique et surtout japonaise (plus des deux-tiers du chiffre d'affaires) et d'autre part, une mode rajeunie, plus nerveuse.

L'été 2006 opte pour la deuxième solution, sous l'impulsion de la créatrice Véronique Leroy qui garde l'ADN de la griffe tout en prenant un peu de liberté.

Les dos des petites robes en jersey de soie s'exposent au soleil, le lurex cuivré et le cuir vernis marine, noir ou ocre jaune, s'étalent au milieu des fleurs souvent pastellisées, en plastrons ou fines ganses. Des plaques en métal argent tentent même l'aventure ainsi que des pastilles noires. Les maillots de bain et vestes imprimés en éponge de coton donnent même envie d'aller à la plage.


Ensemble des stylistes Suzanne Clements et Inacio Ribeiro pour Cacharel défile le 6 octobre 2005 à Paris Photo : François Guillot

Suzanne Clements et Ignacio Ribeiro chez Cacharel ne se posent pas autant de questions. Le mot d'ordre est toujours le même : une mode fraîche pour habiller les lolitas à Paris ou à Ibiza. Les imprimés petites fleurs soulignés par un faux collier de boules en haut d'une robe respirent la griffe qui s'est fait connaître dans les années 60 avec le tissu Liberty. Des fleurs plus grandes poussent sur d'autres vestes et jupes jusqu'à accueillir une volière de perroquets.

Les rayures viennent mettre un peu de verticalité et les couleurs éclatantes : lilas, jaune soleil, bleu pétrole ou blanc.

Par Dominique AGEORGES

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.