×
Publicités

Etro, un été bohème et exotique entre féminin et masculin

Publié le
today 22 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Envie d’espaces infinis et d’horizons lointains chez Etro, qui a installé vendredi dans la cour néoclassique du Conservatoire de Milan trois grandes montgolfières. Une invitation au voyage pour aventurières aristocratiques désireuses de prolonger l'été au rythme syncopé de folles fêtes se terminant à l'aube sur une plage de sable fin.
 

Etro, printemps/été 2020 - © PixelFormula


Si Veronica Etro cultive toujours la passion pour les étoffes précieuses et les mélanges de cultures, faisant la part belle aux techniques artisanales ancestrales, elle s'oriente cette saison vers un style résolument plus sexy-glamour avec mini robes froufrou à longue traîne et décolletés plongeants.
 
Ces mises affriolantes ne sont pas sans rappeler le style flamboyant de Roberto Cavalli, avec maxi robes de gitane en chiffon vaporeuses, blouses enrichies de nœuds et volants et tuniques fluctuantes déclinées dans des imprimés fauves.

Dans un filon lingerie, la femme Etro endosse également des tops à fines bretelles, des culottes bouffantes et des combinaisons en soie fendues, follement sensuelles. Mais elle n'est jamais aussi sexy que lorsqu'elle s'habille d'une simple chemise d'homme, ou même d’une seule et unique veste, surtout si celle-ci, en velours d'un vert profond, prend des allures de veste de chambre ou se donne un ton exotique avec ses imprimés tapisserie et ses manches kimono.


Etro - printemps-été 20 - Milan - © PixelFormula

 
Ce côté hyper féminin est contrebalancé par des éléments masculins, comme la chemise justement, une réédition du tout premier modèle créé par le fondateur de la maison Gimmo Etro, la GE01, relancée pour l'occasion. La griffe propose aussi pour l'été prochain des costumes pour homme, tandis que les mannequins s'encanaillent avec des looks de pirate, chaussées de grandes bottes, le ceinturon à la taille, la tête couverte d'un turban ou d'un chapeau à larges rebords.
 
L'esprit bohème-ethnique des années 1970 traverse la collection avec des robes en coton léger entièrement décorées de broderies, franges métalliques et autres fils de perles, mais aussi des caftans proposés dans un patchwork de soies imprimées, où dominent le paisley, motif icône de la maison, les décorations ikat indonésiennes ou les rayures berbères. Petits gilets boléros brodés et sacs perlés à franges complètent ce vestiaire, ainsi que des couvertures tissées à la main à poser sur les épaules comme un châle.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com