×
Publicités
Par
Reuters
Publié le
24 mars 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Europe/PMI: Croissance plus solide que prévu grâce à la levée des restrictions sanitaires

Par
Reuters
Publié le
24 mars 2022

Principaux résultats provisoires des enquêtes Standard&Poor's Global auprès des directeurs d'achat en Europe. Ces informations ont été publiées sur différents marchés :


Shutterstock



Croissance meilleure qu'attendu en zone euro



Le ralentissement de la croissance de l'activité du secteur privé de la zone euro a été moins importante que prévu en mars grâce à la levée des restrictions liées à la pandémie, montrent les premiers résultats de l'enquête de S&P Global, mais les prix ont augmenté à un rythme record, ce qui devrait accentuer la pression sur la Banque centrale européenne pour un relèvement de ses taux.

Selon une estimation préliminaire, l'indice PMI composite, qui regroupe les secteurs manufacturier et des services, est tombé ce mois-ci à 54,5 contre 55,0 en février. Il ressort au dessus des prévisions des économistes interrogés par Reuters, qui tablaient sur 53,9. Les indices composites des prix des intrants et des extrants ont atteint leur niveau le plus élevé depuis le début de la statistique.
 
"Les données mettent en évidence les conséquences concrètes et immédiates de la guerre en Ukraine sur la conjoncture de la zone euro et soulignent les risques de contraction au deuxième trimestre", a déclaré Chris Williamson, économiste en chef chez S&P Global. "La guerre a aggravé les pressions sur les prix liées à la pandémie et les contraintes de la chaîne d'approvisionnement," a-t-il ajouté.

Le PMI pour le seul secteur des services est tombé à 54,8 en mars contre 55,5 en février et 54,2 attendu.
Celui du secteur manufacturier a reculé à 57,0 ce mois-ci après 58,2 en février et au-dessus d'une prévision à 56,0.

Allemagne; ralentissement moins marqué que prévu



L'activité des entreprises du secteur privé allemand a reculé en mars, la hausse des prix à la production ayant atteint un record et la guerre en Ukraine affecté la demande et les chaînes d'approvisionnement. Le recul est toutefois moins important qu'attendu à la faveur d'une amélioration des goulets d'étranglement sur l'offre et la diminution des restrictions liées au COVID-19.

Le PMI composite a reculé à 54,6 en mars après 55,6 le mois dernier. Le consensus Reuters était de 53,7. Le PMI des services est tombé à 55,0 après 55,8, faisant là aussi mieux que la moyenne des estimations à 53,8. Celui du secteur manufacturier, attendu à 55,8, a légèrement reculé à 57,6 après 58,4 mais le sous-indice de la production, qui entre dans le calcul du PMI composite, est en légère hausse à 55,6 après 55,4.

"Les enquêtes PMI flash indiquent une certaine solidité de l'activité, grâce en grande partie au secteur des services, qui a bénéficié de l'assouplissement des restrictions sanitaires", a déclaré Phil Smith, directeur associé chez IHS Markit.
Cependant, le secteur industriel commence à peser sur la croissance globale, car davantage exposé aux perturbations de la chaîne d'approvisionnement et au ralentissement des exportations en raison des sanctions imposées à la Russie, a déclaré Phil Smith, ajoutant que l'augmentation des cas de COVID-19 en Chine compliquait encore la donne.

En France, la croissance au plus haut depuis juillet



L'activité du secteur privé français a progressé contre toute attente en mars pour atteindre son plus haut niveau en huit mois, l'assouplissement des restrictions sanitaires ayant dynamisé le secteur des services et éclipsé - pour le moment - les inquiétudes concernant l'impact de la crise ukrainienne sur l'industrie manufacturière.

L'indice PMI flash du secteur des services ressort en hausse à 57,4, un pic de quatre mois, après 55,5 en février alors que le consensus Reuters le donnait à 55,0. Celui du secteur manufacturier a reculé à 54,8, un plus bas de cinq mois, après 57,2 le mois dernier, alors que les économistes et analystes le donnaient à 55,0. Le PMI composite, qui regroupe les deux secteurs, atteint ainsi son plus haut niveau depuis juillet à 56,2 après 55,5 en février et contre 54,3 attendu.

"Après un début d'année décevant, l'atténuation de l'impact économique de la pandémie a permis une accélération de l'expansion en février et en mars", a déclaré Joe Hayes, économiste senior chez S&P Global.

Au Royaume-Uni, une hausse de prix record



Le secteur privé britannique a enregistré la plus forte hausse des prix facturés par les entreprises depuis le début de cette statistique il y a plus de 20 ans et l'optimisme des professionnels est à son plus bas niveau depuis près d'un an et demi, montre l'enquête de S&P Global.

L'indice PMI composite "flash" a très légèrement reculé à 59,7 après 59,9 en février et contre 57,8 pour le consensus Reuters. L'indice PMI des services a atteint son plus haut en neuf mois en ressortant à 61,0 contre 60,5 en février et celui de l'industrie manufacturière a en revanche reculé au plus bas en cinq mois, à 55,0 en mars après 58,0 en février.

Chris Williamson, chef économiste chez S&P Global, a déclaré que la reprise de l'économie après les restrictions liées au COVID-19 avait contribué à compenser le contrecoup du conflit en Ukraine, du Brexit et de la hausse des prix.
"Cependant, les perspectives se sont assombries car les inquiétudes liées à l'invasion de l'Ukraine ont exacerbé les inquiétudes existantes sur la flambée des prix, les chaînes d'approvisionnement et le ralentissement de la croissance économique", a-t-il ajouté.

La composante des prix facturés a connu sa plus forte hausse depuis 1999 et l'indice mesurant l'optimisme des professionnels est au plus bas niveau octobre 2020.

(Bureaux de Reuters, version française Laetitia Volga, édité par Jean-Michel Bélot)

© Thomson Reuters 2022 All rights reserved.

Tags :
Industrie