×
6 566
Fashion Jobs
Publicités

Exploit de Gucci au 3ème trimestre

Publié le
today 26 oct. 2016
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Kering a vu son titre s’envoler de plus de 8 % en ce mercredi à la Bourse de Paris, au lendemain de la publication de ses résultats trimestriels. Le géant du luxe piloté par François-Henri Pinault a vu son chiffre d’affaires accélérer au 3e trimestre 2016, dépassant les 3 milliards d'euros (+10 %), grâce à l’excellente performance de son pôle Luxe.

Alessandro Michele réinterprète avec succès les codes Gucci - © PixelFormula


Cette division phare pour Kering, avec près des deux tiers du chiffre d'affaires, affiche sur la période une croissance à deux chiffres. Un résultat en soi surprenant vu le contexte économique et la restructuration du marché du luxe dominé par des croissances plus modestes depuis un an.

Avec un chiffre d’affaires de 2,11 milliards d'euros, le pôle luxe a enregistré entre juillet et septembre 2016 une hausse de 12 % à taux de change courant et de 11,3 % en comparable. Soit « le meilleur taux de croissance trimestriel depuis trois ans », comme l’a indiqué le directeur financier de Kering, Jean-Marc Duplaix, lors d'une téléconférence avec les analystes.

Cette hausse a été tirée notamment par les résultats exceptionnels de Gucci, véritable locomotive pesant presque pour moitié sur les ventes totales du pôle Luxe, avec un chiffre d’affaires de 1,08 milliard d’euros établi au troisième trimestre.

La Maison pilotée par Marco Bizzarri a vu ses ventes bondir de 17,8 % (+17 % à taux de change constant) sur la période, réalisant « sans doute l’une des meilleures performances du secteur, avec sa première croissance à deux chiffres enregistrée depuis le deuxième trimestre 2012 », a encore souligné Jean-Marc Duplaix.

Si l’on ne tient compte que du réseau des magasins en propre de Gucci, soit 82 % du chiffre d’affaires total, les ventes ont grimpé de 19 % en comparable. Avec des hausses record dans toutes les catégories de produits, mais aussi dans la région Asie-Pacifique (+31 %) ainsi qu’en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord (+22 %). Seul le Japon, « où le contexte de marché est défavorable pour l’ensemble du secteur », a connu un recul des ventes (-8 %).
 
Sur les neuf premiers mois de l’année, Gucci a progressé de 8,5 % (+9,3 % à taux de change constant), à 3 milliards d’euros, par rapport à la même période un an plus tôt.
 

L'homme Gucci, printemps-été 2017 - © PixelFormula


La cure radicale engagée en 2015 sous la houlette du nouveau directeur artistique, Alessandro Michele, commence à fonctionner à plein régime, semble-t-il. Le virage stylistique radical imposé par le designer avec son univers onirique et son côté transgenre s’est avéré payant, « confirmant une fois encore le succès de la réinvention créative de la Maison », commente Kering dans un communiqué.
 
« La réussite d’Alessandro Michele réside dans sa capacité à raconter une histoire cohérente entre collections, boutiques, campagne et site, en parvenant à créer auprès des consommateurs une véritable connexion émotive avec la marque », expliquait récemment Carlo Alberto Beretta, Chief Client & Marketing Officer chez Kering.
 
A ce titre, la griffe a su mettre en œuvre une stratégie digitale particulièrement innovante via des collections capsule exclusives, des initiatives particulières et des collaborations remarquées avec des artistes. Les ventes sur Gucci.com se sont ainsi envolées de plus de 50 % sur le trimestre, souligne Kering.
 
« Les collections de Gucci continuent de susciter l’adhésion de la clientèle tout en séduisant un nombre croissant de nouveaux clients », s’enthousiasme le groupe, qui devra toutefois redoubler de vigilance afin de maintenir la désirabilité de la marque, sans tout miser sur un style très particulier et identifiable, qui pourrait  finir par lasser.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com