×

Face aux litiges nés de la crise, une cellule va accompagner les entreprises

Publié le
26 mars 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les relations entre les différents acteurs du secteur de la mode et de la distribution se détériorent sensiblement depuis dix jours. La fermeture des commerces non essentiels et les mesures de confinement des populations à travers le monde ont avivé les tensions entre fournisseurs, prestataires, marques, distributeurs, enseignes et détaillants.


La cellule est joignable au numéro du syndicat de la mode féminine de Paris - Shutterstock



Avec des perspectives de reprise incertaines, chacun tente de maîtriser ses coûts et de ménager sa trésorerie. Les gouvernements et fédérations en appellent à la responsabilité des différents acteurs de la filière, notamment afin que les TPE-PME, dont les ressources pour affronter la crise sont souvent plus réduites, puissent traverser cette période de fortes turbulences.

En France, la Fédération du prêt à porter féminin à mis sur pied cette semaine une cellule pour aider les acteurs à s'organiser dans le cas de négociations compliquées. Pilotée par Adeline Dargent, déléguée générale du syndicat de Paris de la mode féminine et son équipe, cette cellule permet aux entreprises d'avoir un contact pour les guider dans ces démarches parfois complexes et va travailler avec France Industrie et le médiateur des entreprises, qui est l'instance référente en cas de différends. Elle est joignable au numéro de téléphone du syndicat de Paris de la mode féminine.

"Aujourd'hui nous avons près d'une quinzaine de marques et entreprises qui nous ont contactés pour faire état de problèmes d'annulation de commandes ou de gel des paiements, précise Pierre-François Le Louët, président de la fédération. Les différends sont avec des acteurs français importants, qui peuvent avoir des sous-traitants internationaux. Il s'agit de distributeurs, de fabricants ou de marques."

Cette structure ne se substitue pas aux acteurs de l'accompagnement juridique et de la négociation entre entreprises. Elle a cependant pour vocation de partager les bonnes pratiques et veut servir de point d'appui et de soutien dans les discussions entre les acteurs de la filière.

La volonté de la fédération est, avec ce nouvel outil, de préserver l'écosystème français de la mode constitué de grands groupes mais aussi de marques de tailles moyennes et petites, ainsi que de petites structures de prestations de services. Une créativité et des savoir-faire dont la plupart des grands groupes auront besoin quand viendra l'heure du rebond.


 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com