Facebook entrevoit son futur commercial à travers les réalités virtuelle et augmentée

Un milliard d’utilisateurs : c’est l’objectif que se fixe Mark Zuckerberg pour ses outils de réalité virtuelle, à l’heure où Facebook peaufine son casque Oculus Go. Cet outil permettra de jouer, regarder des vidéos, chatter ou acheter en ligne.


Oculus Go - Facebook

Facebook a investi quelque 3 milliards de dollars (2,5 milliards d'euros) l’an passé dans le spécialiste des casques virtuels Oculus, et entend en profiter pour prendre le leadership dans ce domaine. Un marché où le réseau social détiendrait à la fois les programmes et les outils permettant de les utiliser, ce que n’est pas parvenu à faire le groupe face à l’explosion du marché des smartphones.

L’expérience vidéo sera au centre de l’offre Oculus Go, qui a récemment lancé Oculus TV. L’appareil qui, à la différence de la concurrence, ne nécessite aucun smartphone, ordinateur ou console de jeu, sera ouvert aux développeurs tiers, qui pourront proposer via la plateforme leurs apps. De quoi ouvrir la voie à de possibles, et très probables, offres de vente au détail.

Présentation de l'Oculus Go de Facebook

La réalité virtuelle a connu un certain retard à l’allumage, malgré la vaste communication ayant entouré les lancements des casques de Samsung, PlayStation et autres. De nombreux développements prometteurs s’étaient pourtant fait jour, notamment dans l’univers de la vente. Dès mai 2016, c’était un géant américain de la vente en ligne, Ebay, qui dévoilait sa vision de l’apparence que pourrait prendre une marketplace en réalité virtuelle. La même année, Ikea appliquait de son côté une approche "showroom" à la réalité virtuelle, en déployant un programme permettant de tester virtuellement sa future cuisine.

VR contre AR

Reste que la réalité virtuelle (VR) s’est largement fait voler la vedette par la réalité augmentée (AR), avec laquelle elle est souvent confondue. Cette dernière repose sur l’ajout d’éléments virtuels sur une image bien réelle captée par un smartphone. Procédé largement popularisé par les "masques virtuels" humoristiques proposés par certaines messageries. Zara a récemment dévoilé son usage commercial de la réalité augmenté, tandis que le géant de la vente en ligne Amazon et son concurrent chinois Alibaba ont successivement révélé leurs axes de travail pour amener l’AR à accompagner les ventes.

C’est donc sans surprise que Facebook entend là encore imposer sa domination en déployant l’AR sur son application Messenger, utilisée par quelque 1,3 milliard d’utilisateurs. Le groupe a mis en place une boîte à outils pour permettre aux développeurs de créer leurs propres concepts en réalité augmentée. Quatre grands groupes prennent part au lancement : Nike, Sephora (LVMH), Asus et Kia.

Les dispositifs, en cours de finalisation, vont ainsi permettre aux utilisateurs de tester via la réalité augmentée les produits Sephora. Domaine lequel L’Oréal s’est de longue date montré très actif. De son côté, Nike propose aux utilisateurs de tester leurs modèles via une expérience "visual red carpet". Au-delà de ces offres, le groupe Facebook mise sur l’ajout progressif d’expériences conçues par les marques internationales pour les mobiles, terminaux qui génèrent 85 % des revenus publicitaires du réseau social.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - DiversInnovations
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER