×
3 575
Fashion Jobs
Publié le
21 avr. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Farfetch, Damartex et Replay : comment ces différents acteurs encaissent la crise

Publié le
21 avr. 2020

En cette période de crise sanitaire, les entreprises de mode, quels que soient leur positionnement et leur taille, subissent des contrecoups liés à la perte d'activité commerciale enregistrée à cause des mesures de confinement. Ce qui plonge certains dans le rouge, et fait abaisser à d'autres -plus en forme - leurs prévisions de croissance pour l'année en cours. Focus sur les communications financières de Replay, Damartex et Farfetch, trois profils d'entreprises bien différents.


Campagne Replay - DR


Farfetch mise sur son modèle en ligne pour surmonter l'épreuve

En constante progression sur le créneau de la mode en ligne, l'e-commerçant britannique doit pourtant revoir son rythme de croisière en raison de la pandémie. Lors de l'annonce de ses attentes du premier trimestre, Farfetch a annoncé qu'il suspendait ses prévisions pour l'exercice 2020 en raison de la crise du Covid-19.

Néanmoins, sur la période de janvier à fin mars 2020, le site s'attend à générer une croissance de 17 à 19% de son activité, notamment grâce à son essor en Chine. Mais, toujours non rentable, il estime que ses pertes pourraient dans le même temps atteindre de 70 à 125 millions de dollars sur ces trois mois.

Dans une lettre aux actionnaires, le PDG de Farfetch, José Neves indique que l'e-commerce de luxe aura selon lui une longueur d'avance pour traverser la crise : "Notre modèle commercial est très résilient du point de vue de l'approvisionnement et de la logistique. Lorsqu'un consommateur voit un produit sur Farfetch, 85% du temps, le produit est disponible auprès de plusieurs vendeurs, pour être expédié à partir de différents endroits, souvent de différents pays."

Replay fringant en 2019, mais prudent pour 2020

La marque italienne, qui a dévoilé son bilan de l'année 2019, en a aussi profité pour faire un point sur son activité actuelle. Cet actif contrôlé par le groupe Fashion Box se prépare ainsi "à faire face à une année 2020 extrêmement difficile en raison de la pandémie en cours". 

"Mais nous restons déterminés à mettre en œuvre notre stratégie déjà engagée en matière d'innovation produit, et à investir dans les ressources adéquates pour communiquer les valeurs de la marque au client final", a déclaré le PDG Matteo Sinigaglia.

En 2019, Replay a vu ses ventes croître de 10,3% à 262,3 millions d'euros. Son Ebitda a atteint 28 millions d'euros, soit une hausse de 30% par rapport à l'année précédente. Tous les marchés sur lesquels la marque est distribuée ont contribué à sa progression globale l'an dernier, en particulier l'Europe du Sud (+8,1%) et de l'Est (+36%), l'Asie (+10,6%) et le Moyen-Orient (+49%).

Damartex redoute de lourdes pertes

Le groupe français propriétaire de Damart et Afibel observe déjà les effets négatifs de la crise sanitaire : au troisième trimestre de son exercice 2019/20, soit de janvier à fin mars, il a enregistré une chute de 10,3% de son activité, à 162,1 millions d'euros. Sur le mois de mars uniquement, les ventes du groupe ont plongé de 26,4%.

SI l'on isole la marque Damart, dont les 170 magasins ont baissé le rideau depuis la mi-mars, son chiffre d'affaires a reculé de 15,5%, étant "directement impacté par la crise sanitaire actuelle affectant les comportements de consommation des seniors".

Sur neuf mois, Damartex limite la casse en signant une petite baisse de 3,2%, à 548,1 millions d'euros. Mais son bilan annuel, avec un quatrième trimestre qui sera fortement pénalisé par le confinement généralisé, devrait être plus délicat. La société "anticipe de lourdes pertes sur l'exercice".

A fin mars, sa dette financière nette s'est dégradée à -81,4 millions d'euros. "Les équipes sont donc mobilisées pour gérer la trésorerie et s’adapter à ce niveau d’activité bas et incertain", précise Damartex, qui a obtenu une ligne de crédit de 120 millions d'euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com