×
7 078
Fashion Jobs

Farfetch poursuit sa folle croissance mais creuse ses pertes

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 9 nov. 2018
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le spécialiste britannique de la vente en ligne de produits de luxe Farfetch a publié ce 8 novembre ses résultats du troisième trimestre 2018, ses premiers depuis son introduction en Bourse en septembre dernier. Et si la croissance du chiffre d'affaires continue à surpasser celle du marché, la réalisation de profits demeure toujours hors de portée.


Plus d'un millier de marques sont référencées par Farfetch - Image courtesy of Farfetch


Entre juillet et septembre 2018, les revenus dégagés par l'e-commerçant de luxe ont atteint 132,1 millions de dollars (116,6 millions d'euros), contre 86,9 millions (76,7 millions d'euros) un an plus tôt, soit une progression de 52 %. Le volume d'affaires a pour sa part fait un bond de 204,6 millions de dollars (180,5 millions d'euros) à 309,9 millions (273,4 millions d'euros).

José Neves, fondateur et PDG de Farfetch, a déclaré à ce propos que la valeur brute des marchandises commercialisées sur la plateforme « progressait environ deux fois plus vite que le marché du luxe en ligne au troisième trimestre ». Au cours de la période, le nombre de clients actifs a par ailleurs augmenté de 42 % et celui des commandes de 55 %.

Une perte nette quasiment multipliée par trois

Pour autant, l'entreprise reste déficitaire. Son Ebitda ajusté a atteint -32,3 millions de dollars (28,5 millions d'euros), contre -20,6 millions de dollars (18,2 millions d'euros) l'an dernier. La perte nette s'est creusée à 77,2 millions de dollars (68,1 millions d'euros), alors qu'elle atteignait 28,1 millions (24,8 millions d'euros) à la même période l'an dernier.

Malgré ces pertes, l'entreprise semble avoir un avenir prometteur. Sa récente introduction en Bourse lui a ainsi permis de dégager « 1 milliard de dollars en trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin du trimestre », assure-t-elle.

Farfetch propose désormais les produits de plus d'un millier de marques dans 48 pays. L'entreprise britannique s'attend à ce que l'industrie du luxe réalise jusqu'à 100 milliards de dollars de ventes sur Internet d'ici dix ans et entend bien avoir sa part du gâteau.


Farfetch


Côté nouveaux contrats, Farfetch a notamment conclu durant la période des accords avec Moschino, Victoria Beckham et Tory Burch, et a élargi son réseau de boutiques à des partenaires en Russie et en Estonie. L'entreprise a également lancé le grand magasin Harvey Nichols sur sa plateforme, ainsi qu'un partenariat avec Dover Street Market.

L'e-commerçant a en outre fait l'acquisition en juillet de CuriosityChina, une société chinoise active dans la relation client (CRM) et le ciblage marketing digital, qui aura pour mission d'aider les marques à se développer sur Internet dans l'empire du Milieu.

Au quatrième trimestre, le plus important de l'exercice puisqu'il intègre les fêtes de fin d'année, le volume d'affaires devrait se situer, selon Farfetch, entre 435 millions et 445 millions de dollars (entre 383,4 et 392,2 dollars d'euros), au-delà des précédentes estimations de la société. 

À cet égard, le spécialiste du luxe sur la Toile a beaucoup en commun avec d'autres détaillants en ligne moins chers, comme Asos et Boohoo, dont les taux de croissance ont de quoi faire pâlir d'envie les acteurs du commerce physique. La grande différence avec Farfetch tient au fait que son modèle d'exploitation apporte des revenus supplémentaires aux magasins physiques avec lesquels il s'associe, plutôt que de les détourner.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com