Farfetch : vers une valorisation à 5 milliards de dollars à l'entrée en Bourse

Enfin ! Plus de deux semaines et demie après l'annonce de son entrée en Bourse, Farfetch vient de révéler les premiers détails de cette introduction en grande pompe. L'e-commerçant va mettre en vente environ 600 millions de dollars (516 millions d’euros) d’actions. L’entreprise entière devrait être valorisée autour de 5 milliards de dollars (4,30 milliards d’euros).


Farfetch

Pour son entrée en Bourse, le site de vente en ligne de produits de luxe va proposer 37 503 501 actions ordinaires de classe A. 30 056 495 seront vendues directement par Farfetch et 7 447 006 seront confiées à certains de ses actionnaires.

Les acquéreurs bénéficieront aussi d’un délai de 30 jours pour acheter jusqu’à 5 625 525 actions ordinaires de classe A auprès de la société à leur prix d’entrée en Bourse. Et combien faudra-t-il débourser ? Entre 15 et 17 dollars (12,90 et 14,60 euros) par action, estime-t-on actuellement.

La société a aussi déclaré avoir déposé sa candidature pour faire entrer ses actions ordinaires de classe A à la Bourse de New York sous l’étiquette FTCH.

Plusieurs entrées en Bourse internationales réussies, bien que de moindre envergure, ont récemment prouvé que les marques de mode ont le vent en poupe, à l'instar de SMCP, valorisé par cette opération à un peu plus de 2 milliards d'euros fin 2017. Le prix de ces actions a toutefois tendance à fluctuer de façon importante une fois l’entrée en Bourse finalisée.

Cela sera-t-il le cas de Farfetch ? Il est encore tôt pour le dire. La société est toujours déficitaire et le prix de l’action sera largement supérieur à celui payé par les premiers investisseurs. Grâce à une levée de fonds de 397 millions de dollars (341 millions d’euros) auprès du géant du e-commerce chinois JD.com l’année dernière, Farfetch a vu sa valeur augmenter à plus de 1 milliard de dollars (860 millions d’euros).

Si tout se passe comme prévu, le fondateur, José Neves, sera considéré comme un visionnaire. Il y a dix ans, il a eu l’idée de penser différemment l'e-commerce de luxe et de jouer le rôle d’intermédiaire entre le client final et les boutiques de luxe mondiales.

Dans un monde obsédé par l’omnicanal, ce business model acquiert toute son importance et sa légitimité puisqu’il permet aux boutiques indépendantes de continuer à exister tout en leur donnant accès à une infrastructure d'e-commerce gigantesque et sophistiquée, qu’elles n’auraient peut-être pas autrement.

Traduit par Clémentine Martin

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - AccessoiresLuxe - ChaussuresLuxe - DiversBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER