×
Publicités
Traduit par
Véronique DOTRAUX
Publié le
2 déc. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Farfetch voit ses actions s’effondrer suite à l’annonce d'un investissement ambitieux mais coûteux

Traduit par
Véronique DOTRAUX
Publié le
2 déc. 2022

Les actions Farfetch sont en baisse de plus d’un quart par rapport à la semaine dernière, le cours de l’action du détaillant de luxe en ligne atteignant les 5,70 dollars (5,41 euros). Un niveau historiquement bas, largement en deçà des 70 dollars (66,46 euros) ou plus auxquels elles s’échangeaient au début de l’année dernière. La cause? Le coût de ses projets ambitieux révélés jeudi à l’occasion de sa journée des investisseurs n’a pas plu aux actionnaires.


Photo: Farfetch


Le coût des partenariats axés sur la croissance conclus par le groupe avec de grands noms tels que Richemont s’élèvera à environ 170 millions de dollars (161,40 millions d’euros). Étant donné l’aspect de "profit immédiat" du marché boursier, la chute des actions n’a rien de surprenant.

La présentation de jeudi a toutefois apporté de bonnes nouvelles pour les actionnaires avec un retour à la croissance attendu pour l’an prochain après une baisse des ventes au troisième trimestre. Entre-temps, la valeur brute des marchandises (GMV) pourrait augmenter de 22% pour atteindre près de 5 milliards de dollars (4,75 milliards d’euros) d’ici la fin de l’an prochain et pourrait doubler d’ici 2025, et ce en dépit de la baisse avoisinant les 7% prévue pour cette année.

Pour 2023, Farfetch atteindra près de 500 millions de dollars (475 millions d’euros) en GMV grâce à ses autres collaborations. La plateforme de mode vient notamment de racheter à Richemont près de la moitié des actions de Yoox Net-A-Porter et elle travaille également avec plusieurs distributeurs et enseignes en vue de booster leurs boutiques en ligne dont Bergdorf Goodman, Harrods, Thom Browne et Ferragamo.

Andreas Efstathiou, directeur des systèmes d'information chez Harrods, a déclaré que “Farfetch était un partenaire solide. Nous [l’] avons sélectionné pour sa plateforme Saas (Software as a Service Platform) qui nous permettait en même temps d’améliorer notre front-end avec FPS et d’abandonner l’accumulation complexe de fournisseurs multiples en interne, ce qui s’est avéré rentable sur le plan économique pour Harrods. L’expérience de Farfetch dans le secteur du luxe et sa volonté d’affiner sa plateforme vers une offre multi-catégorie ont été essentielles à notre collaboration”.

Farfetch a également cité l’exemple de la marque française de prêt-à-porter Ami qui utilise son service Platform Solutions. Le groupe a indiqué que le label a enregistré un taux de croissance annuel composé de 58% de ses revenus ainsi qu’un chiffre d’affaires de 44% sur les marchés non européens (contre 27% au début du partenariat), et qu’il a vu ses sites de livraison passer de 25 à 190.

En plus d’intégrer YNAP, la collaboration avec Richemont aura également pour conséquence que les marques du groupe de luxe suisse utiliseront le marché Farfetch. Ce qui aura pour effet de stimuler l’offre des marques du détaillant en ligne et en particulier sa présence dans le segment des montres et de la joaillerie (le hard luxury), qui selon Edward Sabbagh, directeur marketplace de Farfetch, représente une "énorme opportunité". 

Ce partenariat lui accordera une plus grande visibilité sur les marques Cartier, Van Cleef & Arpels et Buccellati de Richemont, la joaillerie ayant gagné en popularité auprès des consommateurs en ligne très aisés ces dernières années.

L’intégration de toutes les marques de Richemont prendra plusieurs années mais devrait représenter un important volume d’activités pour l’avenir, ce qui justifie ce bond rapide visant les 10 milliards de dollars (9,50 milliards d’euros) en GMV d’ici 2025.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com