Fashion Week de Milan : homme de la forêt ou family man

Homme tout confort surgi de la forêt chez Zegna, famille et sentiment chez Dolce & Gabbana : le classique était au rendez-vous samedi 17 janvier au premier jour de la Milan Fashion Week, consacrée aux collections de prêt-à-porter hommes automne-hiver 2015-2016.


Les hommes de Zegna arborent de confortables casquettes et de nombreux accessoires (Pixel Formula)


Ermenegildo Zegna : Ils sortent du bois, littéralement, une forêt herbeuse et touffue, où chantent de petits oiseaux, et défilent sur un chemin de terre. Mais cela ne les empêche pas de décliner un nombre non défini de nuances de gris, pour certains agrémentés de reflets brillants. Les hommes de Zegna arborent de confortables casquettes et de nombreux accessoires, dont des sacs en cuir ressemblant furieusement à des sacs à dos mais portés devant.


Des slogans comme « L'amour pour toujours » chez Dolce & Gabbana (Pixel Formula)


Dolce & Gabbana : Familles, je vous adule. Tels des statues dans un musée de cire, ils sont tous debout là en un portrait géant et vivant, des aïeux, des moyens, des jeunes et même un bébé d'à peine quelques mois, en tout 5 familles habillées de sombre et à l'air un tantinet compassé, illustrant et assistant au défilé en même temps. On les retrouve en photo ou en dessin sur les sweaters de la collection, intitulée « DG Family ». D'autres arborent des motifs de tableaux classiques ou proclament des slogans comme « L'amour pour toujours », « Sicile » ou « Je t'aime tant ».


Chez Andrea Pompilio, l'atmosphère est austère, basée sur une palette de bleu marine, denim, blanc et gris, un peu adoucis de couleur menthe, camel et oeuf (Pixel Formula)


Andrea Pompilio : une collection d'inspiration « high force » selon ce jeune couturier. Il dit avoir puisé son inspiration auprès des uniformes militaires de son grand-père, jadis officier, pour en modeler une figure d'« aviateur sophistiqué ». L'atmosphère est austère, basée sur une palette de bleu marine, denim, blanc et gris, un peu adoucis de couleur menthe, camel et oeuf, énergisée par des touches de rose, rouge écarlate et jaune acide.


Atmosphère sobre et rétro chez Jil Sander, parfois égayée par des chausses orange vif ou un col roulé jaune (Pixel Formula)


Jil Sander : le nouveau directeur créatif Rodolfo Paglialunga était très attendu pour sa première collection dans la maison allemande. Atmosphère sobre et rétro parfois égayée par des chausses orange vif ou un col roulé jaune. « J'ai essayé de rendre la collection facilement approchable par les clients. Je ne voulais pas créer l'image d'un homme abstrait, idéalisé. Je voulais injecter un sens de la vie réelle », avait fait savoir le couturier qui n'habillait jusqu'ici que les femmes.

Etaient encore attendus dans la soirée de samedi les défilés Versace et Philipp Plein. Etait également prévue l'inauguration d'une « rue de l'homme », la petite via Gesu, dans le célèbre Quadrilatère de la Mode, vieux quartier milanais à très forte concentration de boutiques de luxe.

Les défilés se poursuivaient dimanche avec notamment la présentation des collections de Bottega Veneta, Salvatore Ferragamo, Vivienne Westwood, Missoni et Prada.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER