×
Publicités
Par
AFP-Relaxnews
Publié le
14 févr. 2016
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Fashion Week de New York : Alexander Wang, rebelle et sexy pour un défilé dans une église

Par
AFP-Relaxnews
Publié le
14 févr. 2016

Le roi du cool urbain Alexander Wang a investi samedi soir une église de New York pour présenter une collection rebelle et sexy affichant sa féminité avec bas noirs et colliers de cuir, au troisième jour de la Fashion Week.



Célébrités et fashionistas avaient bravé une des nuits les plus froides depuis 20 ans, souvent emmitouflées dans des manteaux de fourrure pour résister à des températures qui devaient descendre jusqu'à -30°C en ressenti durant la nuit. Le maire de New York Bill de Blasio, mettant en garde contre de telles températures, avait recommandé aux New-Yorkais de sortir le moins possible.

Le défilé de Wang était l'un des plus attendus de la journée : au premier rang, Kylie Jenner, la plus jeune de la bande des soeurs et demi-soeurs Kardashian, et son petit-ami Tyga. Les actrices Zoe Kravitz et Taraji P. Henson, héroïne de la série Empire, avaient aussi fait le détour, tout comme Solange Knowles et Amanda Stenberg.


Alexander Wang - Fall-Winter2016 - Womenswear - New York - © PixelFormula


L'audace était au rendez-vous, par le choix de l'endroit, l'église Saint Barthélémy, sur Park avenue, toujours en activité, mais aussi par la sophistication rebelle et le mélange des matières.

Le noir domine, pour une robe nuisette de cuir bordée de dentelle ou une autre robe courte retenue par de simples liens aux épaules, la poitrine soulignée d'une bande de cuir clouté. Le blanc est également très présent.


Alexander Wang - Fall-Winter2016 - Womenswear - New York - © PixelFormula


Dans les tailleurs très ajustés, le tissu côtoie le cuir et le métal, avec des anneaux, des brassards. Un grand pull rose porté sur une jupe de soie noire ultra-fine arbore le dessin d'une « pole dancer » en ombre chinoise. Les bas noirs sont marqués « strict », « girls », ou « tender » en haut de la cuisse, tout comme un bonnet rose baby doll qui réchauffe une jupe de cuir noir et haut de dentelle transparent portés sous un manteau blanc imprimé de feuilles noires de marijuana.

Comme Kanye West jeudi et Rihanna vendredi, Alexander Wang a mélangé musique et mode, diffusant durant le défilé la nouvelle chanson « Temple » du producteur de musique électronique Baauer, avec le chanteur sud-coréen G-Dragon et la star britannique M.I.A.

Lacoste rétro-futuriste

Le créateur Felipe Oliveira Baptista a présenté pour Lacoste une collection clin d'oeil au film Belle de jour, avec force vinyl, mais toujours élégante et confortable.


Lacoste - Fall-Winter2016 - Womenswear - New York - © PixelFormula


Un manteau cape rose fushia en vinyl est porté avec des bottes au genou. Une longue robe tricotée moutarde aux manches zippées s'accompagne de bottes rouges en vinyl. Un modèle homme porte lui aussi un manteau bleu à capuche en vinyl sur un jogging. Et des broderies de skieurs, qui semblent droit sortis de jeux vidéo des années 1980, égayent des robes poncho et de confortables sweat-shirts.

« C'est un peu l'idée du ski, des années 1960, quand Lacoste avait habillé l'équipe de France, c'est le rétro-futurisme un peu James Bond (...) il y a aussi une touche d'humour, je voulais quelque chose de très gai, léger », a expliqué Felipe Oliveira Baptista. « Il y a aussi un clin d'oeil (au film) Belle de jour. Mais c'est aussi vraiment l'idée d'une garde-robe pour tous les jours de la semaine, basée sur les racines de la marque, le sport, le confort, les vêtement adaptables. »

Rebecca Minkoff casse le modèle

« La Fashion Week est cassée », indiquaient les notes de collection de l'Américaine Rebecca Minkoff. Elle a présenté samedi une ligne dont 70 % des pièces peuvent être achetées dès maintenant.

Pour réussir ce tour de force, elle a montré une seconde collection printemps 2016. Celle de l'automne 2016 sera présentée en septembre.

Rebecca Minkoff symbolise la nouvelle tendance qui a poussé plusieurs maisons à présenter des vêtements disponibles immédiatement à la vente ou dans un délai rapproché, alors que toute l'industrie opérait jusqu'ici avec six mois de décalage.

Ses modèles arboraient épaules souvent nues et robes légères, sur lesquelles on retrouvait régulièrement les imprimés déjà aperçus en septembre.

« Ma cliente a un mode de vie très diversifié et je voulais lui donner des vêtements qui correspondent à chacun des aspects de ce mode de vie », a expliqué la créatrice.

Sous l'apparente simplicité et la fluidité se cachent un important travail sur les proportions et un recours inspiré à la broderie. Beaucoup de blanc, mais aussi de couleurs pastel.

Moncler défile en plein air

En fin de journée, la marque de doudounes Moncler a réussi la prouesse de faire un défilé en plein air, en dépit du froid, sur la place du Lincoln Center.

Altuzarra clos la journée en beauté

Inspiré par les personnages du dernier film du réalisateur américain Jim Jarmusch, le créateur français Joseph Altuzarra a présenté une collection en forme de patchwork, très marquante visuellement.

C'est « le monde riche et fait d'un patchwork » dans lequel évoluent les personnages principaux de Only Lovers Left Alive, sorti en 2013, qui a été « le point de départ » de cette livraison automne 2016 du couturier français établi à New York. Le film tourne autour d'un couple de vampires qui se partage entre Tanger et Detroit.


Altuzarra - Fall-Winter2016 - Womenswear - New York - © PixelFormula


Porté par cette influence, le jeune trentenaire voulait se « laisser guider par (sa) curiosité » et « tisser une tapisserie de références et d'histoires dans cette collection », explique-t-il dans les notes accompagnant la présentation.

Depuis ses premiers pas, en 2008, Joseph Altuzarra n'a jamais eu peur d'oser les couleurs et les mélanges, se revendiquant cosmopolite soumis à de multiples influences.


Altuzarra - Fall-Winter2016 - Womenswear - New York - © PixelFormula


Samedi, il a néanmoins montré beaucoup plus d'audace que dans ses dernières productions, sur le plan des couleurs et des motifs principalement. Un même ensemble reprenait différents imprimés asymétriques mélangés entre un chemisier et une jupe, dans une profusion de motifs, souvent noirs et blancs.

Rien n'était anodin dans ce tourbillon bohème chic. Des jupes, des robes ou des manteaux mélangeaient plusieurs couleurs, avec une dominante bordeaux assez marquée.


Altuzarra - Fall-Winter2016 - Womenswear - New York - © PixelFormula


Pour renforcer l'effet de contraste, Joseph Altuzarra a eu également recours à de très nombreuses matières : plusieurs types de soie et de laine, organza, velours, nylon, viscose ou peau de mouton retournée.

Chaque ensemble se voulait empreint d'une « énergie frénétique », selon les notes de collection. Le feu d'artifice s'est clos par un ensemble et deux robes en organza à paillettes métalliques brodées qui ont attiré une dernière fois l'oeil, avant que Joseph Altuzarra ne soit accueilli par une ovation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2023 AFP-Relaxnews.