×
5 691
Fashion Jobs
Publicités

Fast fashion : Greenpeace tire la sonnette d'alarme

Par
AFP
Publié le
today 25 nov. 2016
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

A l'occasion du « Black Friday », journée de promotions dans de nombreux magasins aux Etats-Unis et en Europe, Greenpeace met en garde contre la surconsommation de vêtements, source de « graves impacts environnementaux ». 

| Foto: Corbis


La « fast fashion » génère déchets, pollutions, gaz à effet de serre et ne peut pas, à ce stade, être solutionnée par le recyclage, selon l'ONG. « Les vêtements font partie des articles les plus vendus » pendant le « Black Friday », ces soldes organisés aux Etats-Unis après le jour de Thanksgiving et aujourd'hui également pratiqués dans de nombreux pays.

« Il est difficile de résister à la bonne affaire, mais la fast fashion signifie que nous consommons et jetons les vêtements plus vite que la planète ne peut le supporter », souligne Kirsten Brodde, à la tête de la campagne « Detox my Fashion » menée par l'ONG depuis 2011.

La production vestimentaire mondiale a doublé ces 15 dernières années. Une personne achète 60 % de vêtements de plus qu'il y a 15 ans, et garde chaque pièce deux fois moins longtemps, selon une enquête McKinsey citée par Greenpeace.

Les marques ont multiplié le nombre de collections, tandis que, du Brésil à l'Inde ou la Grande-Bretagne, les prix ont moins augmenté que pour les autres biens de consommation courante, alimentant la frénésie : en 2014, pour la première fois, le nombre de pièces produites sur un an a dépassé 100 milliards, soit presque 14 par humain, selon la même étude.

Or les impacts écologiques sont nombreux : pollutions chimiques issues des usines ou des pesticides utilisés dans les champs de coton, usage intensif d'eau et d'énergies sources de réchauffement. Le boom du synthétique est particulièrement problématique, note Greenpeace, notamment le polyester qui émet plus de CO2 que le coton, a du mal à se dégrader et peut contenir des microfibres de plastique, poison des océans.

Et « le recyclage est un mythe ! », pas encore au point techniquement comme commercialement, ajoute l'organisation. Des stocks de vêtements d'occasion sont exportés vers les pays du Sud, mais leur usage limité par leur qualité souvent piètre.

Pour l'ONG, « les marques doivent repenser leur modèle du jetable et produire des vêtements durables ». « En tant que consommateurs, nous avons aussi ce pouvoir : avant d'acheter, nous pouvons tous nous demander ai-je vraiment besoin de ça ? » ajoute Kirsten Brodde.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.