×
6 480
Fashion Jobs
Publicités

Fast Retailing mise sur la robotique pour automatiser ses entrepôts

Par
Reuters API
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 19 nov. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe de mode japonais Fast Retailing Co Ltd, propriétaire d'Uniqlo, s'est associé à deux start-up de la robotique pour améliorer ses opérations de stockage et de distribution.


Uniqlo


Fast Retailing est le plus grand détaillant de mode asiatique en termes de chiffre d'affaires, et le deuxième au monde après Inditex, le propriétaire de Zara. Le groupe japonais a exprimé l'an dernier son intention d'investir 100 milliards de yens (837,4 millions d'euros) pour accélérer l'automatisation de ses installations.

Pour introduire plus d'automatisation dans ses entrepôts du monde entier (notamment dans ses processus de préparation et d'expédition), Fast Retailing a fait appel à Mujin Electronics Co Ltd, un fabricant japonais de contrôleurs de robots, et Exotec Solutions SAS, une start-up française spécialisée dans le domaine de la robotique.

Célèbre pour ses vêtements décontractés et abordables comme sa doudoune ultra-légère, la marque Uniqlo de Fast Retailing s'est développée malgré des décennies de faible consommation au Japon. Elle connaît actuellement une forte croissance en Chine : au cours de la "Journée des Célibataires" organisée par la plateforme e-commerce Alibaba Group Holding Ltd, Uniqlo a réalisé un chiffre d'affaires de plus d'un milliard de yuans (130,1 millions d'euros) en seulement vingt-quatre heures.

Pourtant, la marque a dû faire face à des problèmes d'inefficacité par le passé, blâmant parfois les conditions météorologiques inhabituelles pour ses mauvaises ventes et ses excédents d'invendus — un problème auquel Fast Retailing espère remédier grâce à des délais de livraison plus courts et une amélioration de sa logistique.

"L'objectif des détaillants, c'est de ne pas fabriquer, expédier ou vendre quoi que ce soit d'inutile. Malheureusement, nous n'avons pas encore atteint cet objectif", déplore le vice-président exécutif Takuya Jimbo dans un communiqué. Mais selon le cadre japonais, les nouvelles technologies pourraient bien changer la donne.

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.