×
Publicités
Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
28 janv. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Fendi: rationalisme à la romaine et couture compliquée

Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
28 janv. 2022

Fendi a présenté son nouveau défilé haute couture dans l’ancienne bourse de Paris ce jeudi. Mais si son propriétaire LVMH reste florissant sur le marché français, pour Fendi cette saison de couture n’avait vraiment rien d’un triomphe.


 


Mettant l’accent sur les racines de la marque, le directeur artistique des lignes féminines de la maison, Kim Jones, a demandé à la société de production Bureau Betak d’imaginer un décor intrigant. Une série de formes squelettiques imitant l’architecture rationaliste des années 1930. Le même style que celui du spectaculaire siège de Fendi, au Palazzo della Civiltà Italiana, dans le quartier EUR de Rome, qui date de l’époque fasciste.

Et on retrouvait toujours le même style, qui s’insinuait sur de multiples et grandioses robes de satin de cette collection, laquelle comprend des imprimés architecturaux et sculpturaux, avec des centurions labourant leur champs, des saints martyrisés ou des matrones. Certaines robes fonctionnaient, la plupart pas du tout. Même s’il y a eu plusieurs brillants architectes rationalistes, comme Terragni, Libera ou De Renzi, dont la statuaire déclinait de nombreux concepts de l’Italie mussolinienne. Le résultat, ce sont des silhouettes massives de sous-prolétaires, destinées à porter aux nues un gouvernement autoritaire. Si vous avez le moindre doute, allez voir les statues du complexe sportif Foro Italico, bâti pour les Jeux olympiques de 1930 en guise de propagande pour le régime. Ou bien visitez le quartier EUR.


Fendi - Spring-Summer2022 - Haute Couture - Paris - © PixelFormula



A part ça, les vêtements n’avaient rien de très neuf, et dégageaient souvent une certaine lourdeur. On a rarement vu la super top romaine Mariacarla Boscono – l’une des plus grandes stars mondiales des podiums – avoir l’air aussi mal à l’aise dans une tenue. Elle se noyait littéralement dans un énorme manteau-tente en satin saphir.

Quelques hits commerciaux méritaient l’admiration, comme ce fourreau en satin écru complété par des fleurs en tissu, ou le brillant boléro en fourrure côtelé à épaules pointues. Mais cela ne suffisait pas à sauver la collection.

Et la bande-son n’aidait pas, avec Emerald Rush de Jon Hopkins, un titre industriel aussi bruyant que mélancolique. La maison Fendi se targue d’une croissance accélérée ces dernières années. Mais bien que LVMH soit coté en bourse, le groupe ne divulgue pas le chiffre d’affaires individuel de ses marques : il ne nous reste donc qu'à les croire sur parole!


Fendi - Spring-Summer2022 - Haute Couture - Paris - © PixelFormula



Ironiquement, le défilé intervenait dix jours après la collection vraiment exceptionnelle de Kim Jones pour Dior Homme, également présentée sur un podium parisien. Mais si le créateur britannique règne sur la mode masculine, il a encore du mal à imposer une vision cohérente chez Fendi.

Même si c’est difficile à admettre, si on demandait aux initiés quelle a été la meilleure collection Fendi depuis la mort de Karl Lagerfeld, en février 2019, ils répondraient sans doute que c’était celle de Silvia Fendi juste avant la pandémie, un défilé couture inspirée de la Rome antique et organisé dans le forum de la Ville Eternelle.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com