Fendi : trois esquisses de Karl et une avalanche d'idées

L'inspiration du dernier défilé de mode masculine Fendi ? Le directeur créatif femme de la maison, Karl Lagerfeld, bombardé « artiste invité » pour l'occasion.


Voir le défilé
Fendi - automne-hiver 2019 - Menswear - Milan - © PixelFormula

La directrice artistique du prêt-à-porter masculin, Silvia Fendi, explique que lorsqu'elle a commencé à se pencher sur les costumes tailleur pour cette collection d'hiver 2019, elle a décidé de demander à Karl de dessiner une nouvelle veste.

« Il est toujours vêtu d'un tailleur ou d'une veste longue, alors quand je lui ai demandé, il a immédiatement dit oui, car il aime les nouveaux projets. Le lendemain, j'ai reçu un croquis sur mon iPhone », explique-t-elle en désignant un dessin sur le mur des coulisses du défilé : une veste à six boutons, à double boutonnage, finement définie, avec des poches plaquées.
 
« Chère Silvia, pour garçons et filles, c'est joli avec les revers étroits », précisait Karl Lagerfeld dans son message.

Cette silhouette se reflétait dans des blazers de laine très fine, des manteaux de ville en cachemire et un costume en nylon, fluide comme de l'eau.
 
« Aujourd'hui, les vêtements les plus subversifs qu'un jeune homme puisse porter, c'est un tailleur. Mais fabriqué d'une manière sophistiquée, moderne, et combiné avec des vêtements de sport. Il n'y a pas un seul diktat », affirme Silvia Fendi.


Voir le défilé
Fendi - automne-hiver 2019 - Menswear - Milan - © PixelFormula

On l'a bien vu sur le podium, envahi de vêtements de sport - des parkas ultra-amples, des manteaux bouffants, en nylon ou en organza. Ou même en nylon à fines rayures, souligné par des fils réfléchissants.
 
Le défilé était rempli d'imprimés de collages impressionnants, qui faisaient écho aux contradictions de Karl lui-même. Comme des conversations visuelles avec Karl Lagerfeld, des esquisses, des photos, des enveloppes, des publicités et de vieux logos, utilisés avec habileté sur des petites valises, des cabas, d'énormes doudounes ou des trench-coats en organza, tous très commerciaux.

Karl Lagerfeld a également dessiné un nouveau logo, un « FF » manuscrit, qui figurait sur une série de bottes de cow-boy, avec des semelles en caoutchouc contrastées. Silvia en portait d'ailleurs une paire quand elle est sortie saluer le public.

« Et alors, je mérite bien quelques privilèges », dit-elle en riant.


Voir le défilé
Fendi - automne-hiver 2019 - Menswear - Milan - © PixelFormula
 
Le défilé était un peu erratique - avec trop de tenues divisées en deux, comme ces gilets aux couleurs contrastées de chaque côté - et trop long. Mais il était aussi plein de produits très désirables, et il débordait d'énergie, grâce au beau décor réalisé par le producteur, Sergio Salerni. Une magnifique toile de fond : une immense bibliothèque moderniste remplie de faux carnets de croquis Fendi. L'événement a atteint son apogée après le défilé, avec une prestation du rappeur et danseur hongkongais Jackson Wang. Ce dernier a immédiatement déclenché une tempête sur Instagram.

Force est de constater que là où la maison Dolce & Gabbana est devenue persona non grata en Chine, le public asiatique semble encore bien loin de délaisser la marque aux deux F.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER