Fila veut monter en gamme avec la mode

Fila entre de plain-pied dans la mode avec un show mixte remarqué à Milan. Pour ses débuts sur les podiums, la marque sportive, née en 1911 près de Biella, dans le Piémont, a frappé un grand coup avec une mise en scène et une image hyper soignées dans un loft géant aux allures de clinique spatiale avec moquette blanche immaculée et lumière froide bleue. Huit silhouette blanches très graphiques et épurées ont ouvert le défilé, non sans rappeler le show très médiatique de Louis Vuitton signé Virgil Abloh en juin dernier…


Un look Fila qui lorgne vers Louis Vuitton by Virgil Abloh - Fila


Le nom de Fila apparaît discrètement, en relief ton sur ton sur un t-shirt blanc, ou en micrologos sur la poitrine. Ailleurs, il est plus visible sur certains habits ou accessoires, en grosses majuscules, avec le lettrage reconnaissable bleu et rouge de la marque, détenue depuis 2007 par l’entrepreneur sud-coréen Gene Yoon, via la société Fila Korea, et gérée en licence en Europe par Dosenbach-Ochsner.

La palette vire ensuite au rouge avec des robes fluides en jersey ou des jupes courtes à panneaux pour les filles, dont pieds et jambes sont recouverts de longs bas opaques dans le même ton vif remontant jusqu’aux cuisses, tandis que les garçons s’habillent avec des combinaisons pour pilote automobile, un classique survêtement ou, en version nautique, avec bermuda et veste-anorak rouge également.

La collection Fila pour le printemps-été 2019 offre un habile mélange à fort taux de désirabilité entre petites pièces basiques et faciles, mises plus recherchées en suivant le filon Lacoste comme ces élégants ensembles à carreaux s’inspirant des célèbres tenues du champion de tennis Björn Borg, éléments franchement sportifs détournés ou non, tels maillots, survêts, jupette plissée de tennis ou encore le jogging, associé par exemple à une veste masculine traditionnelle. Sans oublier les accessoires, dont l'immanquable bob, et quelques tricots ou shorts délicieusement vintage.


Josef Graesel et Antonino Ingrasciotta - FashionNetwork.com ph Dominique Muret

« Nous sommes partis des archives pour créer une collection nouvelle entre passé et futur, avec le juste équilibre entre sport et mode, jouant aussi bien sur les influences nineties que seventies », nous expliquent les directeurs créatifs, Antonino Ingrasciotta et Josef Graesel, qui ont été auparavant pendant sept ans à la tête du style d'Adidas Originals et affichent 25 ans d’expérience dans la mode.

Arrivés chez Fila début 2017, ils ont commencé à travailler sur des collections capsule. « L’idée, c’est d’élever la marque, en allant du segment sporstwear à celui du Premium Luxury. Nous avons ramené ainsi une partie de la production en Italie. C’est aussi dans cet esprit que nous avons réalisé une collection capsule avec Fendi, jouant sur le F de Fila et de Fendi, qui sortira en octobre », poursuivent-ils.

« En fait, tout est né de la collaboration que nous avons réalisée en 2016 avec le designer russe Gosha Rubchinskiy, lorsqu’il est venu défiler au Pitti Uomo. Cela a été une véritable explosion qui nous a amené à poursuivre sur cette voie avec d’autres stylistes et surtout à nous renforcer sur le segment fashion », indique à FashionNetwork.com Barbara Mora, la directrice marketing monde de Fila.


Un look Fila féminin pour le printemps-été 2019 - FashionNetwork.com ph Dominique Muret

« Ce défilé est comme une fenêtre pour expliquer ce qu’est Fila avec une collection qui parle à 360 degrés de la marque. Avant d’être rachetée par les Coréens, Fila a changé plusieurs fois de propriétaires et s’était un peu perdue. La clientèle était aussi plus âgée. Ce focus sur la mode nous permet de nous rapprocher d’une cible plus jeune », conclut-elle.

Avec le show et son intrusion dans la Fashion Week de Milan, Fila a mis le paquet, profitant de l’occasion pour présenter également une jolie rétrospective sur la marque, qui s’est tenue tout au long de la semaine à la Triennale.
L’occasion pour le public de découvrir ou se remémorer avec nostalgie de grands moments sportifs à travers les maillots des stars du tennis des années 1970 comme Guillermo Vilas et Björn Borg, ou ceux des champions des eighties comme Boris Becker, mais aussi des skieurs, tel Alberto Tomba, etc.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterSportMode - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER