×
Publicités
Par
AFP
Publié le
4 oct. 2012
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Fin d'une dynastie de près d'un siècle à la tête du diamantaire De Beers

Par
AFP
Publié le
4 oct. 2012

Le diamantaire De Beers a nommé à sa tête mercredi 3 octobre l'Américaine Cynthia Carroll, première présidente du groupe depuis la fin des années 1920 à ne pas appartenir à la famille Oppenheimer ou à son très proche entourage.

Cynthia Carroll

Cynthia Carroll, actuelle pdg du géant minier Anglo American, remplace Nicky Oppenheimer, démissionnaire en août après la vente des parts de la famille Oppenheimer. Cette opération avait permis à Anglo American de prendre le contrôle de De Beers à 85%. Les 15% restants sont détenus par le gouvernement du Botswana.

"Je suis impatiente de diriger le conseil d'administration et contribuer à la direction de l'entreprise numéro un du diamant dans le monde", a déclaré Mme Carroll dans un communiqué.

Fondé en 1888, De Beers a toujours été dirigée par un Oppenheimer ou un proche depuis les années 1920. Arrivé dans les mines de diamants de Kimberley (centre de l'Afrique du Sud) en 1902, Ernest Oppenheimer, un jeune Allemand de 22 ans employé d'une entreprise de négoce londonienne, avait fondé l'Anglo American Company en 1917 et pris le contrôle de De Beers dans les années 1920.

De Beers dit produire et commercialiser environ 35% des diamants bruts du monde, venus de ses mines d'Afrique du Sud, du Botswana, du Canada et de Namibie.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.