×
Publicités
Publié le
15 oct. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Forlife s’offre un lieu de vie dans le Marais parisien

Publié le
15 oct. 2020

Entre tendance de fonds et impact du confinement, de nombreuses DNVB (digital native vertical brands), s’appuyant sur un discours de transparence et d'accessibilité via le net, ont vu leur activité monter en puissance ces derniers mois. C’est le cas de Forlife, une marque masculine lancée en 2018 par Séverin et Lucas Bonnichon, qui sont également depuis dix ans à la baguette du label, plus conventionnel dans son modèle, Cuisse de Grenouille.


Le label Nixon s'était installé à Paris en 2014 - Nixon


Une dynamique forte qui permet à la société parisienne de voir le volet Forlife, avec un propos axé sur le "moins mais mieux", passer le cap du million d’euros cette année et peser près du tiers de son chiffre d’affaires… Le tout avec de beaux niveaux de rentabilité.

Tant et si bien que la marque de vêtements et d'accessoires pour homme Forlife, née sur le net, va s’offrir un lieu de vie à Paris courant novembre. Elle s’installe en lieu et place de Nixon, au 14 rue Froissart, dans le IIIème arrondissement de Paris.

"Nous avions fait des pop-up, accueillis les clients dans nos locaux, et on a adoré pouvoir partager directement avec eux, explique Lucas Bonnichon. Nous avons eu l’opportunité de reprendre ce bel espace. La boutique Nixon était très belle et nous avons décidé de conserver le mobilier plutôt que de tout changer; cela correspond aussi à l’approche du label. L’univers de la marque sera présenté, mais il ne sera pas possible de repartir directement avec un vêtement, seulement d’avoir accès à une précommande via un I-Pad. Nous allons aussi installer un atelier réparation, qui sera là où Nixon avait mis son atelier de réparation de montres. En revanche, ce lieu nous permettra d’accueillir des personnes, d'organiser des événements comme des mini-conférences pour notre communauté. Et puis nous avons un certain nombre de colis qui sont aujourd’hui récupérés dans la boutique Cuisse de Grenouille. Ce sera bien d’accueillir les clients dans l’espace Forlife."

Le transfert des colis ne devrait pas être trop laborieux: la boutique historique de Cuisse de Grenouille est à deux pas de là.
 

Séverine et Lucas Bonnichon - Forlife


Si les fonctions supports sont partagées entre les deux marques, chacune a sa propre équipe. Et avec Forlife, les frères entrepreneurs ont mis à profit leurs années d’expérience et leur réseau dans l’industrie textile pour explorer le potentiel du modèle de la vente de prêt-à-porter par précommande. 

"C’est un business model simple mais extrêmement fort et rodé, estime Lucas Bonnichon. J’imagine le produit, je le propose à la vente. Le produit est vendu avant que je lance la production, et je paye à réception du produit. Et de la part des clients, nous avons très peu de retours. Je vois de plus en plus d’avantages dans cette approche. Après dix ans avec Cuisse de Grenouille, c’est ultra motivant de participer à un changement de ce type, au fait que les gens consomment un peu mieux."

La marque a ainsi réédité son t-shirt basique récemment. Après 3.000 pièces écoulées lors de la première vente, la marque a eu des commandes pour 12.000 pièces sur la dernière période de précommande. Une dynamique constatée sur les sweats mais aussi sur une pièce plus forte comme le blouson en cuir.

Alors que l’activité de Cuisse de Grenouille, à l’instar de la majorité des marques avec un modèle conventionnel, a accusé une chute des commandes de l’ordre de 25% pour la saison printemps-été 2021, Forlife continue de grandir.

Mais les fondateurs n’entendent pour autant pas brûler les étapes. "En fait, nous ne sommes pas dans la course au lancement d’un produit. Ce n’est pas le planning qui impose la production. Nous voulons qu’un produit soit réellement prêt avant d’être lancé, qu’il soit irréprochable et au bon prix."

Dans son modèle, Forlife, qui s’est lancée sur Kickstarter, ne fait pas de soldes et a recours à de la publicité ciblée et maîtrisée sur les réseaux sociaux, table aujourd’hui sur une douzaine de campagnes de précommandes par an. Quand on a la vie pour grandir, des croissances à deux chiffres et un modèle rentable, pourquoi vouloir aller plus vite?
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com