×
Publié le
24 oct. 2018
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Forum des Halles : les rapports entre Paris et Unibail pointés du doigt

Publié le
24 oct. 2018

La Chambre régionale des comptes (CRC) pointe dans un rapport les avantages accordés par la ville de Paris au groupe Unibail (aujourd’hui Unibail-Rodamco-Westfield) dans le cadre de la rénovation des Halles. Un projet emblématique du Grand Paris qui aura nécessité plus de six ans de travaux. Le promoteur aurait acquis le Forum, l'un des centres commerciaux les plus fréquentés de France, pour 142 millions d’euros seulement, s'étonne la CRC.


Inauguration du Forum des Halles le 5 avril 2016 - Matthieu Guinebault/FNW


Dans un rapport remis à la mairie de Paris, que Le Canard Enchaîné et Le Figaro ont pu consulter, il est ainsi mentionné que le groupe aurait payé 1 420 euros du mètre carré pour les 100 000 mètres carrés du Forum des Halles, acquis en 2011. Un bas coût qui pourrait s’expliquer par la position de faiblesse de la mairie de Paris face au promoteur quand, dans les années 2000, est née l’idée de moderniser une nouvelle fois le « Ventre de Paris » cher à Emile Zola.

C’est la Ville de Paris qui, en 1976, avait ainsi accordé à Unibail la location du site jusqu’en 2055, en échange de la construction du centre, de 6,7 millions d’euros, ainsi qu'un accord de location de 20 euros du mètre carré par an. Quand la volonté de modernisation s’est fait jour, Unibail-Rodamco aurait menacé la ville d’action judiciaire en cas de remise en question du contrat. Acculé par cette concession de 80 ans attribuée par leurs prédécesseurs, les élus parisiens ont préféré éviter tout recours juridique pour aller au bout du projet, relate Le Canard Enchaîné, abandonnant la propriété à Unibail-Rodamco.

Mais la Chambre ne s’est pas uniquement penchée sur les conditions de vente du lieu. Le budget du nouveau centre commercial et de sa « Canopée » est également pointé du doigt, celui-ci étant, selon le rapport, passé de 250 millions d’euros annoncés en 2006 à plus d’un milliard en 2016, année de l’inauguration. Dans le processus, Unibail-Rodamco aurait obtenu la propriété des parkings et dépendances, dont les murs du multiplex UGC. Pour réduire la facture, selon la CRC, la mairie aurait de son côté supprimé du chantier la réfection des rues du quartier. Réfection qui se fera néanmoins en parallèle, mais sur les budgets d’autres fonds municipaux.

Des montants validés

Contacté, Unibail-Rodamco-Westfield rappelle que la modernisation des Halles avait été rendue nécessaire pour des raisons réglementaires et de sécurité. Le groupe nous indique ne pas avoir eu accès à la version finale du document de la CRC et se refuse donc à en commenter les évocations. Cependant, sans démentir les chiffres relayés, la société souligne que ces derniers ne relatent pas la réalité de ses dépenses propres.


Le « Trou des Halles » avant la rénovation du centre commercial par Unibail-Rodamco - AFP


« Les chiffres évoqués (par Le Canard Enchaîné, ndlr) ne reflètent pas la réalité des investissements effectués par Unibail-Rodamco-Westfield, indique le promoteur. Toutes les opérations relatives à cet espace ont été réalisées de manière transparente et dans le respect des règles fixées par les instances municipales et nationales compétentes. Les services de l’Etat ont validé les montants des opérations foncières, cohérents avec deux expertises indépendantes préalables. Le groupe Unibail-Rodamco-Westfield a par ailleurs apporté l’ensemble des informations demandées par la CRC (Chambre régionale des comptes, ndlr) dans le cadre de la réalisation de son rapport. »

Un plafond de verre qui divise

La Canopée, plafond de verre de 25 000 mètres carrés perché à 17 mètres du sol, n’avait pas attendu le rapport de la CRC pour s’attirer les foudres de certains élus et riverains. Parmi ces derniers, un comité s’était formé pour sauver la précédente mouture du centre commercial, bâtie autour du fameux « Trou des Halles » et imaginée dans les années 1970 par les architectes Claude Vasconi et Georges Pencreac'h. Un trou qui demeure, mais est désormais élargi et protégé par le toit de verre géant.


La Canopée, dont la conception a été plusieurs fois corrigée, a participé aux hausses du budget - Matthieu Guinebault/FNW


Toit qui, par ses multiples évolutions et modifications en cours de projet, a prêté le flanc aux critiques. Au départ verte comme les canopées sylvestres auxquelles elle voulait renvoyer, la Canopée des Halles sera finalement d'un jaune « champagne » rapidement décrié. Au départ plate, elle sera alvéolée, la préfecture, consultée seulement après le concours, ayant pointé la difficile évacuation des fumées. Au départ ornée d’une cascade spectaculaire côté jardin, il faut depuis l’inauguration être chanceux pour voir celle-ci en action. Un point d’autant plus ironique que la première rencontre d’une large partie des Parisiens avec la Canopée a été en 2016 via des images de trombes d’eau tombant sous le plafond protecteur, qu’il a une nouvelle fois fallu amender.

Reste que le pari semble réussi pour Unibail-Rodamco-Westfield : le Forum des Halles a attiré l'an passé 42,3 millions de visiteurs, nous indique le géant de l'immobilier. Un chiffre non loin des 42,4 millions rassemblés par Les 4 Temps de La Défense, autre fleuron francilien du promoteur.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com