×
6 159
Fashion Jobs
ERAM
Chef de Produit H/F
CDI · MONTREVAULT-SUR-ÈVRE
SHOWROOMPRIVE.COM
Key Account Manager Fashion - H/F
CDI · SAINT-DENIS
GRAIN DE MALICE
Animateur de Région H/F Centre Est
CDI · AUXERRE
BALENCIAGA S.A.S.
Balenciaga - Juriste Droit Social (f/h)
CDI · PARIS
A LA SOURCE...
Responsable Commercial Export Asie (H/F)
CDI · CENTRAL
CONCEPT RECRUTEMENT
Acheteur/Responsable Retail Merchandising- PAP & Accessoires Iconiques - H/F - CDI - Paris
CDI · PARIS
HAYS FRANCE
Contrôleur de Gestion Retail H/F
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (f/h) - Lyon
CDI · LYON
JULES
Responsable Développement Immobilier et Affiliatio
CDI · ROUBAIX
SINTEL RECRUTEMENT
Acheteur Produits Textiles H/F
CDI · IVRY-SUR-SEINE
ISABEL MARANT
Chauffeur Livreur Polyvalent H/F
CDI · PANTIN
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Achats & Merchandising (H/F)
CDI · PARIS
INSTITUT GUINOT
Responsable de Secteur (H/F)
CDI · ROUEN
UNIVERSAL MUSIC FRANCE - A&R STUDIOS
Responsable Pôle E-Commerce H/F
CDI · PARIS
AKKION RECRUITMENT
Responsable Atelier de Prototypage (H/F)
CDI · PARIS
VANESSA BRUNO
Chargé(e) de Marketplaces & E-Retailers
CDI · PARIS
NORKI INTERNATIONAL
Chef de Produit Prêt à Porter Homme
CDI · PARIS
BANANA MOON
Chef de Produit Wholesale & Retail H/F
CDI · NICE
COP COPINE
Responsable du Développement Wholesale H/F
CDI · ROMAINVILLE
SHOWROOMPRIVE.COM
Chef de Publicite - H/F
CDI · SAINT-DENIS
GALERIES LAFAYETTE
Acheteur Beauté H/F
CDI · PARIS
HERMES SERVICES GROUPES
CDI - Responsable Réceptions-Expéditions (H/F)
CDI · PANTIN
Publicités
Par
AFP
Publié le
10 avr. 2019
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Fourrure : la Norvège va interdire les élevages d'ici 2025

Par
AFP
Publié le
10 avr. 2019

Oslo, 10 avril 2019 (AFP) - Le gouvernement norvégien a présenté mercredi un texte visant à l'interdiction d'ici à 2025 des élevages d'animaux à fourrure, moyennant des indemnisations financières qui ont laissé les éleveurs sur leur faim.


Un vison - AFP


Le projet de loi envoyé au Parlement interdit la possession, après février 2025, d'animaux voués à être tués « en vue d'une vente ou d'une quelconque autre utilisation de leur fourrure ».

Cette interdiction résulte d'un accord politique conclu en janvier 2018 lorsque le gouvernement de droite s'était élargi au petit Parti libéral qui réclamait une telle mesure.

Si le secteur s'était fait à l'idée d'un démantèlement progressif, il a dénoncé le niveau d'indemnisation financière des éleveurs, y voyant une « trahison historique ». « On nous propose quelques couronnes qui sont loin de réparer le démantèlement programmé des élevages », a déclaré à l'AFP Guri Wormdahl, porte-parole de l'organisation Norges Pelsdyralslag représentant les professionnels.

« Tel que cela a été ficelé, cela va mener des éleveurs tout droit à la faillite », a-t-elle fait valoir. Le gouvernement estime à environ 500 millions de couronnes (52 millions d'euros) la somme à verser aux éleveurs au titre du démantèlement ou de la reconversion de leurs activités.

Selon Norges Pelsdyralslag, l'élevage d'animaux à fourrure emploie quelque 500 personnes pour un chiffre d'affaires annuel de 300 millions de couronnes en Norvège. Le pays scandinave représente aujourd'hui environ 1 % de la production mondiale de peau de vison et entre 2 et 3 % de la production de peau de renard.

Alors qu'un nombre grandissant de marques annoncent la fin de leur recours à la fourrure animale, certaines villes et Etats ont accéléré leur réflexion sur le sujet depuis 2017. A l'instar de la Norvège désormais, une douzaine d'Etats membres de l'Union européenne notamment ont interdit ou sont en train d'interdire l'élevage des animaux pour leur seule fourrure.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.