×
5 597
Fashion Jobs
BOUTIQUE PETIT BATEAU
CDI - Chef de Produit Senior Cible Enfant H/F - Petit Bateau
CDI · PARIS
PETIT BATEAU
CDI - Analyste Support Applicatif Niveau 2 H/F - Petit Bateau
CDI · PARIS
CARTIER
Responsable Achats & Approvisionnement Parfums
CDI · PARIS
RICHEMONT
Watches Senior Project Manager
CDI · PARIS
GROUPE IKKS
Resp. Développement International E-Commerce H/F
CDI · PARIS - 3ÈME ARRONDISSEMENT
WALA FRANCE, COSMÉTIQUES DR. HAUSCHKA
Spa Manager
CDI · PARIS
ARLETTIE
Senior Account Manager
CDI · PARIS
HERMES FEMME
Responsable de Collection- Chaussures Femme
CDI · PANTIN
PIERRE HERMÉ PARIS
Responsable Ressources Humaines
CDI · VILLEJUIF
SHOWROOMPRIVE.COM
Charge Prevention Des Risques Fraude - H/F CDI
CDI · SAINT-DENIS
ZAPA
Directeur de l'Offre Groupe (H/F)
CDI · PARIS
GROUPE JACQUES BOGART
Responsable International Cosmétiques (H/F)
CDI · PARIS
CABINET BENSON & WINCH
Responsable Des Opérations - Univers Luxe / Haut de Gamme - la Vallée Village
CDI · SERRIS
JUINJUILLET
Education And Retail Academy Director #Directeur de la Formation Internationale (H/F) #Cosmétiques de Luxe
CDI · LEVALLOIS-PERRET
SUD EXPRESS
Responsable Régional(e) Nord Est
CDI · REIMS
CONFIDENTIEL
Responsable Régional Nord-Ouest H/F
CDI · NANTES
IRO
Directeur Communication & Marketing Digital (H/F)
CDI · PARIS
APPROACH PEOPLE
Directeur Developpement Commercial (Agence Digitale) CDI
CDI · LYON
APPROACH PEOPLE
Directeur Developpement Commercial (Agence Digitale) CDI Basé à Lyon
CDI · PARIS
FASHION CONSULTING
Charge de CRM
CDI · PARIS
COURIR
International HR Business Partner - Paris - CDI - f/h
CDI · PARIS
GROUPE ARMAND THIERY
Chef de Produit/ Acheteur Textile CDD H/F
CDI · LEVALLOIS-PERRET
Publicités

Fourrure : une labellisation internationale lancée le 4 octobre à Paris

Publié le
today 19 sept. 2018
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'International Fur Federation (IFF) lancera officiellement le 4 octobre à Paris le programme Furmark. Un outil qui doit permettre, d'ici à 2020, de labelliser les fourrures dont la production sera en ligne avec les régulations et certifiée par des experts indépendants. Il s'agira en fait de la fusion de cinq labels existants en Europe et outre-Atlantique, comme Welfur au niveau européen. L'occasion pour la filière de montrer patte blanche, au-delà des questions animales, sur les enjeux liés au développement durable.


Furmark doit permettre aux marques de connaître l'origine et les conditions de production de la fourrure - IFF


L'IFF entend notamment, via par cette démarche, fournir aux marques clientes un outil blockchain, ce qui implique des données par définition traçables et infalsifiables, l'assurance des bons traitements reçus par les animaux d'élevage en termes de nourriture, d'équipement ou encore de santé. Président de la Fédération, Mark Oaten explique par ailleurs à FashionNetwork.com que la journée du 4 octobre est autant destinée à lancer la démarche qu'à consulter les marques sur la manière dont elles souhaiteraient que la future labellisation soit signalée sur les peaux. Cependant, tous les grands pays producteurs de fourrures ne sont pas conviés à rejoindre le programme Furmark. Et notamment la Chine.

« Ils ne sont pas prêts, nous indique le président de l'IFF. Il nous faut plus de garanties. Furmark n'est pas pour tout le monde, on ne peut accepter des gens ne répondant pas à nos standards. Si un mauvais produit intègre le programme, il fera du mal au programme tout entier (...). Certaines fermes chinoises peuvent très bien correspondre à nos standards. Mais le problème est l'absence d'inspections indépendantes. Ce qui culturellement n'est pas facile à faire évoluer dans ce pays. Par ailleurs, il y aura peut-être certains fabricants du Brésil, d'Argentine, d'Ukraine. Mais ce seront de petites quantités, toute la production ne sera pas dans le programme. »  

FurMark entend intégrer des certifications déjà existantes sur certains marchés - IFF


Le lancement prochain de Furmark intervient dans une période complexe pour l'industrie de la fourrure en termes d'image publique. Le British Fashion Council avait notamment communiqué sur l'absence de la matière de sa Fashion Week de septembre, y voyant la traduction de l'évolution du secteur de la mode ainsi que des attentes des consommateurs. Plus récemment, c'est le conseil municipal de Los Angeles qui a voté le 19 septembre l'interdiction de la vente de fourrures dans la cité californienne. Mais l'un des coups les plus durs portés à la filière ont été en mars les propos de Donatella Versace contre la matière, désormais absente de son offre. 


« Ce n'est pas un secret : la fourrure est sous une énorme pression. Beaucoup de marques délaissent la fourrure naturelle pour de la fausse, confirme Mark Oaten. Le message que nous voulons faire passer est que ces marques ont tort. Car ce choix ne fait que rajouter, par exemple, au problème des plastiques dans les océans. Ils suivent une démarche partisane menée principalement par les groupes de défense des animaux (...). Certains groupes se tournent déjà vers d'autres matières pour les interdire : le cuir, la soie, la laine et le cachemire. Nous pensons qu'il est important d'agir non seulement pour la fourrure, mais aussi pour le principe de textiles naturels. » 


Le label Furmark devrait être déployé d'ici à 2020 - IFF


L'International Fur Federation regroupe des professionnels de la fourrure opérant dans 56 pays, avec une activité découpée selon les zones Europe, Amérique, Asie et Eurasie. Le marché international de la fourrure, estimé à hauteur de 40 milliards de dollars, repose à 85 % sur les animaux d'élevage, les 15 % restants concernant les animaux sauvages. L'Europe arrive en tête des régions productrices de fourrure, tandis que la Chine est le premier marché importateur de la matière.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com