François-Henri Pinault (Kering) dit "comprendre" la réaction des gilets jaunes

François-Henri Pinault, le PDG du groupe de luxe Kering, a dit mercredi « comprendre » le mouvement des « gilets jaunes », estimant sur RTL que la transition écologique ne pouvait pas se faire « au détriment du pouvoir d'achat des plus modestes ». Il a toutefois ajouté qu'il ne fallait « surtout pas remettre en cause » la transition écologique.


François-Henri Pinault - Éric Piermont/AFP

« J'ai été surpris par l'ampleur du mouvement, mais je comprends », a déclaré François-Henri Pinault sur RTL, où il était reçu mercredi matin pour évoquer les dix ans de la fondation Kering. « On est déjà dans un pays où les inégalités sont fortes, si en plus les inégalités augmentent et que vous n'avez pas de perspectives de pouvoir progresser socialement et que votre pouvoir d'achat mécaniquement baisse, c'est insupportable », a-t-il complété.

François-Henri Pinault s'est félicité de « l'ouverture du dialogue » annoncée par le gouvernement, à qui il affirme « faire confiance ».

Il a déploré les violences qui ont accompagné les manifestations de samedi, estimant qu'elles « n'étaient pas le fait des "gilets jaunes" » et indiquant que « certains magasins (de son groupe) au début de l'avenue Montaigne et dans l'avenue Montaigne ont été impactés », sans donner de détails.

Un rassemblement de « gilets jaunes » sur les Champs-Élysées qui n'avait pas été autorisé a donné lieu à une série de violences et dégradations samedi. 31 personnes avaient été blessées, dont sept côté forces de l'ordre, et une centaine de personnes interpellées.

Le groupe Kering détient notamment les marques Gucci, Yves Saint Laurent, Bottega Veneta ou Balenciaga. Il est au coeur de l'actualité alors que le parquet de Milan vient de terminer son enquête pour évasion fiscale de la maison Gucci. Une évasion présumée que l'instance judiciaire italienne aurait estimée à environ un milliard d’euros.

Un sujet qui avait déjà valu une passe d'armes entre des membres du gouvernement et la famille Pinault en juin dernier. François Pinault, fondateur de Kering, avait, avant son fils, fait une sortie dans une interview au magazine M le Monde, déclarant lui : « Macron ne comprend pas les petites gens. J'ai peur qu'il mène la France vers un système qui oublie les plus modestes ». Phrase tronquée et polémique excessive avait estimé le dirigeant, mais le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, lui avait répondu en ces termes : « De la part de quelqu'un qui, pendant longtemps, n'a pas payé d'impôts, je ne suis pas certain qu'il comprenne lui-même les petites gens ».

La rédaction avec AFP

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - DiversPeople
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER