×
Publicités
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
19 nov. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Frasers possède maintenant 37% de Mulberry et envisage d’acquérir la marque

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
19 nov. 2020

Frasers poursuit son implantation dans le secteur du luxe. Le groupe a annoncé jeudi une augmentation de sa participation dans Mulberry et pourrait tenter de s’emparer du contrôle de la maison de maroquinerie.


Mulberry


Depuis plusieurs mois, le groupe augmente petit à petit sa participation dans Mulberry. En février 2020, Frasers avait annoncé détenir 12,5% des parts du maroquinier britannique. Au cours du mois de novembre, cette participation était passée à près de 30%. Mais depuis cette semaine, le conglomérat possède 37% de la société suite au rachat d’un paquet d’actions auprès de Kaupthing à 150 livres chacune (un peu plus de 167 euros).

Habituellement, l’acquisition de 30% ou plus des parts d’une marque donne lieu à une offre de rachat. Ici, cela n’a pas encore eu lieu parce que cette augmentation de la participation de Frasers au capital du label n’en fait toujours pas son actionnaire principal. Pour le moment, Challice Ltd contrôle environ 56% des actions de la maison, et Frasers a obtenu une dérogation de la part de la commission de régulation des fusions/acquisitions, qui dispense le groupe de faire une offre obligatoire.

Ce qui ne signifie pas pour autant que l’option est à écarter. Le groupe affirme qu’il "se réserve le droit de faire une offre volontaire pour le contrôle de la société". Il a la possibilité de le faire jusqu’au 17 décembre, mais ce délai pourrait être allongé si la commission de régulation donne son accord.

Frasers a aussi précisé que le cas échéant, l’offre communiquée aux actionnaires de Mulberry serait faite en cash.

C’est en tout cas une perspective intéressante, qui reflète bien la détermination de Mike Ashley, le directeur général de Frasers, bien décidé à faire monter son groupe en gamme.

L’entreprise possède la chaîne de mode de créateurs Flannels et les grands magasins House of Fraser. Mais son enseigne principale, Sports Direct, souffre d’une image moins prestigieuse que sa rivale JD Sports, ce qui l’empêche d’accéder à certains lancements de produits déterminants. Pour redorer son image écornée, la société veut revaloriser ses boutiques Sports Direct, parlant même de devenir le "Selfridges du sport".

Mais cette stratégie de montée en gamme n’est pas réservée au département sportif du groupe: elle affecte l’entreprise toute entière. D’ailleurs, Frasers a ouvert de nouveaux emplacements pour sa chaîne Flannels et projette de lancer une nouvelle chaîne de grands magasins nommée Frasers, avec un profil plus luxe.

Mulberry fait partie des grands noms de la maroquinerie haut de gamme au Royaume-Uni et apporterait indéniablement du prestige au groupe, malgré ses récents problèmes de rentabilité.

Il y a environ deux mois, la maison a révélé avoir subi des pertes lors du dernier exercice financier. Cette annonce est intervenue peu après sa décision de se défaire de sa ligne de prêt-à-porter et de supprimer environ un quart de ses postes. Pour l’année financière en cours, la tendance devrait encore être à la baisse, ce qui n’est pas vraiment surprenant étant donné le contexte de crise sanitaire.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com