×
6 936
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
4 févr. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

French Disorder, la marque bordelaise à l'esprit "feel good" cible les multimarques

Publié le
4 févr. 2022

C’est une entreprise qui ne connaît pas la crise. Fondée en 2013 par Cédric Gorrias, Javier Molero et Isabelle Voyer-Martin, un trio installé à Bordeaux, la marque French Disorder revendique aujourd’hui plus de 300 points de vente revendeurs dans le monde, un chiffre qui devrait augmenter encore cette année.


La ligne "washée vintage", nouveau succès signé French Disorder - DR


"Malgré une déception relative à l’arrêt du projet de distribution sur le segment du travel retail (qui prévoyait le développement de corners dédiés dans les aéroports), nous avons bien résisté à la crise, explique Cédric Gorrias, l'un des co-fondateurs. Les ventes de notre e-shop n'ont cessé d'augmenter depuis le premier confinement et notre positionnement de marque française happy to wear, à l’esprit feel good, qui prône le vêtement confortable, les couleurs et les messages positifs, correspond parfaitement à la demande du moment et aux nouvelles habitudes de travail."
 
Légèrement impactée par l’arrêt total des ventes et de la production aux premiers jours du Covid, l’équipe de French Disorder retrouvait des couleurs dès le mois de mai 2020, période où elle enregistrait des ventes records. "Nous en avons profité pour nous adapter et nous organiser en embauchant une personne au Portugal pour assurer le contrôle qualité de nos productions, et développer une plateforme digitale avec un showroom virtuel pour que nos agents et distributeurs puissent effectuer leurs présentations de collections et présentes à distance."

Aujourd’hui à plein régime, les trois associés de French Disorder veulent renforcer le volet de la vente en gros. "C’est l'un des gros challenges de l’année, poursuit Cédric Gorrias. Le wholesale représente aujourd’hui 50% de nos ventes et nous sommes convaincus que nous pouvons encore développer notre implantation, ouvrir de nouveaux points de vente sur le territoire et augmenter le chiffre d'affaires. Nous allons nous concentrer sur le renforcement de shop-in-shops dans les grands magasins (la marque est déjà présente au Bon Marché, aux Galeries Lafayette et au Printemps Haussmann) avec l’ouverture prochaine d’un nouvel espace au BHV Homme. Une stratégie qui a repoussé l'ouverture d'une première boutique flagship qui demande encore une vraie réflexion."


Les classiques French Disorder - DR


Pour réussir son pari, French Disorder vient ainsi de recruter sa directrice du wholesale, Valeria Albicocco (ex-Benetton) qui pilotera désormais les sept agents commerciaux présents en France et les trois distributeurs responsables des marchés Belgique et Pays-Bas, Autriche et nord-Italie et Japon. La marque qui emploie aujourd'hui 26 personnes, prévoit également 6 nouvelles embauches d'ici la fin de l'année.
 
Partie produits, French Disorder veut monter en gamme. "Depuis la création, nous avions à coeur de proposer un vêtement de grande qualité à un prix accessible, à moins de 100 euros. Pour l'hiver 2023, nous introduisons de nouvelles matières telles la polaire, des pièces plus sophistiquées, un travail de finitions et de couleurs encore plus poussé sur nos sweats et pantalons. Un parti pris qui nous permet de séduire de nouveaux points de vente."

Fabriqués au Portugal et sérigraphiés à Bordeaux, les vêtements French Disorder devraient connaître une légère augmentation de leur prix dans les semaines à venir, une décision relative à la flambée des matières premières comme le coton et à des investissements communication et shooting plus conséquents. Un tout nouvel e-shop est annoncé pour le printemps, avec une approche plus éditoriale, disponible aussi en anglais pour répondre à la forte demande des clients à l'étranger. 

"Depuis nos débuts en 2013, nous avons pensé notre production en circuit-court, entre Porto et Bordeaux, nous produisons au plus juste, quasiment à la demande explique Cédric Gorrias. Nous sommes pleinement conscients des enjeux environnementaux actuels mais nous ne souhaitons pas devenir une marque donneuse de leçon. Nous faisons le maximum pour créer une mode durable avec des matières naturelles et réduire notre empreinte carbone mais la mode, selon nous, doit garder un peu de légèreté." Ancrée sur l'associatif, l’équipe a renouvelé cette année son partenariat avec le Secours Populaire, une association pour laquelle la marque s’engage à donner gracieusement les pièces invendues des précédentes collections à ceux qui en manifestent le besoin. 
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com