×
Publicités
Publié le
25 sept. 2018
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

From Future, à peine lancée, planifie déjà son expansion

Publié le
25 sept. 2018

Le postulat de From Future ? Vendre des pulls en cachemire estampillés "qualité luxe" entre 59 et 139 euros pièce. Une équation que nous détaillent les fondateurs de la marque lancée en ce mois de septembre via l’ouverture d’un magasin amiral rue de Rennes à Paris et d’un e-shop.


La ligne de cachemires comporte plusieurs modèles rehaussés d'inscriptions ou de motifs. - From Future


Philippe de Hesdin, cofondateur de Kookaï, est à l’origine du projet avec ses deux enfants, Pauline et Thomas. Il revendique l’achat de matières premières de haute qualité, soit du fil de laine issu de Mongolie intérieure (dont les fibres présentent une longueur de 36 à 40 millimètres) et tricoté en Chine. Pour ce lancement, une commande d’un très grand volume a été directement passée au fabricant, sans recourir à un intermédiaire. C’est surtout par le choix d’une réduction de la marge qu’effectuent habituellement les marques de mode que From Future affirme se distinguer : « Là où Uniqlo achète un pull à 26 dollars, nous achetons un pull au prix de 50 dollars et le revendons 99 dollars (85 euros, ndlr), quand des marques premium et luxe le paient le même montant que nous mais l’affichent en boutique entre 329 et 699 euros. Une marge de deux n’a encore jamais été pratiquée sur ce marché et c’est notre défi d’y arriver ».  

Il lui faudra écouler son important stock, et la boutique n’est pas le biais par lequel l’entreprise souhaite gagner de l’argent au démarrage, misant plutôt pour cela sur sa plateforme web, qui permet une livraison à l’international et enregistre déjà un panier moyen de 2,4 articles. « En pratiquant cette faible marge, nous perdons 23 euros sur la vente d’un pull en boutique en raison des coûts de fonctionnement du point de vente ; alors que sur le web, nous réalisons un bénéfice de 17 à 19 euros par article, livre Thomas de Hesdin, qui pilote le volet financier. Mais à terme, l’activité boutique pourrait devenir rentable : c’est le bon moment en tous cas, avec la baisse des loyers et du marché de l’habillement. »

Le premier magasin de la marque, qui porte l’ambition de développer sa notoriété, pourrait être suivi d’une ouverture dans plusieurs capitales d’Europe, en commençant par Londres d’ici deux ans. Pour rayonner en France, From Future va également installer prochainement un showroom d’essayage et de commande rue de Longchamp, dans le XVIème arrondissement de Paris. Un espace de 30 mètres carrés sans stock dans lequel il sera possible d’essayer tous les modèles, puis de passer commande via des bornes. La livraison s’effectuera sur place le lendemain ou à domicile. Ce type de lieu nécessitant un seul employé génère moins de frais qu’un magasin classique : « On envisage ces petits espaces comme le prolongement d’Internet, une façon aussi de rassurer nos éventuels clients sur la qualité du produit », poursuit Thomas de Hesdin, dont la feuille de route est d’inaugurer un showroom dans cinq grandes villes tricolores.

La collection actuellement vendue se compose d’une soixantaine de modèles de pulls homme et femme, dont l’objectif est de « réveiller le cachemire, et séduire les jeunes filles aussi bien que leurs mères », estime Pauline de Hesdin, à la tête du style. Pour le printemps-été prochain, quelques pièces de maille plus légères seront conservées, et d’autres matières introduites, comme le coton et la soie. Là aussi, le trio travaille à l’identification du meilleur partenaire, et espère vendre à titre d’exemple une robe en soie à moins de 129 euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com