Gamut, une marque en mode collectif

Un nouveau collectif fait ses débuts dans la sphère fashion parisienne : la marque de prêt-à-porter Gamut, qui prône une créativité spontanée et partagée. Pas de directeur artistique, donc, mais un groupe de six jeunes designers, trois filles et trois garçons auxquels s’est ajoutée une photographe à la direction visuelle, affichant une organisation horizontale où tout le monde participe à la démarche créative et au développement du label.


Un look pour l'été 2019 - Gamut

« C’est comme si on était une famille. Chacun a son propre univers, mais on a tous un énorme respect les uns envers les autres », résume l’un des membres de ce collectif souhaitant rester anonyme. Français, âgés d'une vingtaine d'années, ils sont tous passés par La Cambre, la célèbre école de mode de Bruxelles, entre 2011 et 2017. Puis, une fois diplômés, sont revenus à Paris, travaillant chacun de leur côté pour des maisons, des marques, comme consultants ou dans tout autre domaine.
 
Au retour de vacances communes, ils décident de lancer, ensemble, leur propre marque. Ils choisissent pour nom Gamut, terme étrange à la sonorité mythologique, qui désigne en jargon technique l’étendue de sons ou de couleurs qu’un appareil peut reproduire. La maison, créée en décembre 2017 et autofinancée par chaque membre du collectif, mais aussi, à l’occasion, par des campagnes de financement participatif, s’installe dans un atelier du XVIIIe arrondissement à Paris. Les tâches se répartissent selon les affinités de chacun entre menswear, prêt-à-porter féminin, la maille, etc.
 
Gamut a fait ses premiers pas en septembre, lors de la dernière Fashion Week de Paris, avec un défilé suivi d’une soirée organisée par sa branche dédiée à l’événementiel, « Chosen Family », à La Station–Gare des Mines, espace alternatif de la Porte d’Aubervilliers qui accueille les scènes artistiques émergentes. Le groupe y a dévoilé sa voix singulière, jouant sur les points de rencontre entre masculin et féminin, sportswear et couture, comme dans un kaléidoscope, où les vêtements se déconstruisent pour mieux se réinventer.
 
La longue robe sans manches est proposée à la femme comme à l'homme - Gamut

Les hommes portent la jupe avec de longs gants glamour à volants, tout comme les femmes, qui détournent à leur tour les pièces masculines typiques. Le classique tailleur de banquier noir à fines rayures est ainsi disséminé dans toute la collection à travers des maxi-gants ou manteaux, des petits bustiers ou de grands tabliers asymétriques, de longues jupes ou des vestes sans manches, dans des modèles tantôt zippés, tantôt froncés par des cordons, parfois décomposables, s’enfilant sur des tricots colorés à cagoule.
 
« Notre style est spontané avec un regard un peu décalé, drôle. Nous avons tous un amour pour la technique du tailleur. A l’arrivée, cela donne un peu une esthétique du collage avec un vestiaire assez varié », analyse l'un des stylistes de Gamut. « On travaille beaucoup sur chaque pièce, qui sont toutes très portables. L’idée étant d’offrir une garde-robe ouverte, qui puisse s’assembler comme on veut », conclut-il.

Tout est produit en France dans des ateliers parisiens.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversCréation
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER