×
Publicités

Gare du Nord : la préfecture donne son feu vert au chantier de rénovation et d'extension

Publié le
7 juil. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le préfet de la région Ile-de-France Michel Cadot a délivré le 6 juillet le permis de construire pour la rénovation et l'extension de la gare du Nord. Si le promoteur Ceetrus indique que le chantier sera lancé sans délai, le bras de fer engagé avec la mairie de Paris et des collectifs d'urbanistes pourrait bien se poursuivre.


Le projet pour la Gare du Nord - Ceetrus


"Le gouvernement vient de s’inventer un Notre-Dame-des-Landes en plein Paris. Je lui souhaite beaucoup de courage sur le plan politique et juridique" a immédiatement réagi le premier adjoint à la maire de Paris, Emmanuel Grégoire, en charge de l'urbanisme, de l'architecture et du Grand Paris.

Pour l'association "Retrouvons le Nord de la gare du Nord", il s'agit bien d'un passage en force : "Le gouvernement, actionnaire de la SNCF, refuse de financer la rénovation et préfère qu'Auchan (via sa foncière Ceetrus qui décroche une concession de 46 ans, ndlr) construise un gigantesque paquebot commercial au cœur de la gare".

Dévoilé en 2018, le projet vise une livraison d'ici aux Jeux Olympiques de 2024. Il avait l'an passé été rejeté en commission départementale d'aménagement du territoire (CDAC) puis validé en commission nationale (CNAC), tandis que la mairie de Paris avait retiré son soutien.

En janvier dernier, quatre experts mandatés par la ville remettaient un rapport défavorable au projet, pointant les "problèmes majeurs" qu'il causerait en termes de trafic piétonnier, à l'intérieur comme à l'extérieur. Le rapport taclait au passage la volonté de faire de la gare un lieu de vie et d'activités (commerce, salle de spectacle, zone sportive, coworking…) alors que le lieu peinait déjà à absorber les 700 000 passagers quotidiens.

La validation préfectorale s'est pour sa part appuyée sur une enquête publique menée du 20 novembre au 8 janvier. Celle-ci avait abouti, le 25 février dernier, à un avis favorable à l'unanimité rendu par la commission d'enquête. Une commission d’enquête indépendante composée de trois membres désignés par le tribunal administratif de Paris.


Le projet pour la gare du Nord - Ceetrus


Piloté et financé à hauteur de 600 millions d'euros par Ceetrus (groupe Auchan), ce projet doit renforcer de 16.321 mètres carrés les espaces à vocation commerciale de la gare. Et cela au travers d’un bâtiment nouveau, inspiré des passages haussmanniens, déployé directement entre les quais historiques et la section dédiée aux RER et métros. De quoi tripler la surface totale de la gare qui gagnerait au passage un toit végétalisé, jardin suspendu de 11.000 mètres carrés accessible aux passagers comme aux riverains.

"Gare du Nord 2024 ne coûtera pas un euro au contribuable ou au voyageur : le budget d’investissement est supporté par l’investisseur privé, Ceetrus, tandis que la Gare du Nord restera à 100% la propriété de la SNCF", rappelle aujourd'hui les instigateurs du projet.

"Cette décision constitue une étape importante pour le projet et marque le début effectif de la rénovation de la gare. Le lancement des travaux se fera sans attendre selon les principes d’un chantier exemplaire et en respectant les conditions sanitaires imposées par le Covid. Malgré le contexte de crise sanitaire, la SA Gare du Nord 2024 est confiante quant au respect du calendrier pour que la nouvelle gare du Nord soit plus écologique, plus confortable et plus solidaire à l’échéance des jeux olympiques et paralympiques de 2024."


L'intérieur du projet de bâtiment additionnel - Ceetrus


Foncière en charge des galeries marchandes adossées aux supermarchés du groupe Auchan, Ceetrus est présente dans dix pays via un portefeuille de 295 sites commerciaux, cumulant 10.700 commerçants locataires.

Fort de près d'un millier de collaborateurs, la foncière fut l'une des rares structures de l'immobilier commercial tricolore à annoncer, très tôt durant le confinement, l'annulation des loyers commerciaux durant la période de fermeture forcée des commerces non essentiels. Un sujet sur lequel d'autres gestionnaires vont vraisemblablement devoir faire face à leurs locataires en justice.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com