Gemmyo se teste en grand magasin

Née sur la Toile, la marque de joaillerie poursuit son incursion dans le commerce physique. Après l’ouverture des premiers espaces à Paris, rue de Seine (VIe arrondissement), et à Lyon, rue Jean de Tournes, Gemmyo investit le premier étage du Printemps Haussmann. « C’est un peu comme entrer dans la cour des grands, mais nous arrivons avec notre identité et notre chat rose (l’emblème de la marque, ndlr) », argue Pauline Laigneau qui a cofondé la marque en 2011 avec la volonté de proposer via Internet une joaillerie de qualité moins chère et de rajeunir l’image d’un univers ancré dans des codes traditionnels souvent un peu froids.


Les alliances de la collection Ariane ne forment qu'un seul bijou - DR

Avant de s’installer de façon permanente au sein de l’espace joaillerie du grand magasin parisien, Gemmyo s’y est d’abord testée en pop-up store pendant deux mois. Au sein de ce shop-in-shop devenu permanent, la marque propose donc ses bijoux personnalisables que les clients reçoivent au bout d’environ trois semaines (le délai tend à se réduire) mais dispose également d’un stock, ce qui est une première pour la maison qui produit ses bijoux en France à la commande. « Il s’agit d’un grand magasin avec une forte clientèle touristique qui ne souhaite pas attendre pour recevoir son bijou », détaille Pauline Laigneau qui précise que Gemmyo applique désormais ce principe dans ses boutiques.

En arrivant pour la première fois dans un grand magasin, Gemmyo se frotte ainsi aux acheteurs internationaux, une clientèle que la marque n’a pas encore voulu conquérir. Car, pour le moment, la griffe privilégie un ancrage local. Ainsi, lors de son implantation à Lyon il y a un an, la marque a vu ses ventes dans la région bondir de 200 %. Une croissance notamment portée par une communication et des événements organisés localement.

Et si Gemmyo se focalise pour l'heure sur la France, la marque qui revendique un panier moyen autour de 1 000 euros, renforce également son offre. Elle vient ainsi de lancer Ariane, une collection où les bagues de fiançailles et les alliances s’imbriquent pour ne former plus qu’un seul et même bijou.

Gemmyo dont la dernière levée de fonds remonte à 2013, ne communique pas son chiffre d’affaires mais affirme être rentable depuis 2017.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

JoaillerieDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER