Geox : des ventes en hausse mais des profits rognés

L'Italien Geox a enregistré en 2016 un chiffre d'affaires de 900,8 millions d'euros, en croissance de 3 % par rapport à 2015. Son EBITDA recule à 47,5  millions d'euros, contre 61,8 millions l'année précédente. Le bénéfice net se contracte également, passant de 10 à 2 millions d'euros sur la période. Ses marges ont notamment été impactées par la dépréciation de l'euro face au dollar, la réduction des ventes dans les magasins gérés en propre ainsi que la hausse des promotions pratiquées pour attirer les consommateurs.

L'activité en ligne affiche une croissance de 30% sur l'année 2016 - Geox

La progression des ventes a été portée par le réseau wholesale, qui affiche un bond de 11,7 % sur le plan mondial, et l'activité en ligne, qui augmente de plus de 30 %. L'activité chaussure représente 91 % des revenus, s'établissant à 815,5 millions d'euros (+3,9 % par rapport à 2015), tandis que le pôle vêtement chute de 4,6 % (85,2 millions d'euros).

Les ventes européennes constituent 44 % du chiffre d'affaires global, à 396,6 millions d'euros (+5,6 %). « La Russie et les pays d'Europe de l'Est contribuent en premier lieu à cette embellie, mais l'Autriche, la Suisse et le Royaume-Uni donnent aussi satisfaction avec une croissance à deux chiffres », précise Mario Moretti Polegato, président et fondateur de "la chaussure qui respire", qui réalise 30 % de ses ventes sur son marché domestique. En Amérique du Nord, les ventes fléchissent de 3,4 % à 60 millions d'euros.

Le chausseur italien redéfinit son réseau à l'enseigne, ouvrant des boutiques sur de nouveaux pays et rationalisant son activité sur les marchés matures. Il a ainsi ouvert 104 magasins en 2016, mais s'est dans le même temps séparé d'un nombre équivalent de boutiques à travers le globe. 21 points de vente ont fermé en Italie, 15 dans d'autres pays d'Europe, et 64 unités dans le reste du monde. Geox, qui totalise 1 161 monomarques, a récemment changé de directeur général : Gregorio Borgo (ex-Pirelli) a succédé à Giorgio Presca, parti avec une indemnité de 4,35 millions d’euros. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - ChaussuresBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER