×
Publicités
Par
DPA
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
16 juil. 2019
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Gerry Weber va passer aux mains de nouveaux investisseurs

Par
DPA
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
16 juil. 2019

Le fabricant de mode Gerry Weber, qui lutte depuis des mois pour survivre, semble avoir trouvé une nouvelle perspective d'avenir. Les investisseurs financiers Robus Capital Management et Whitebox Advisors ont accepté d'allouer à la société en difficulté un flux de trésorerie pouvant atteindre 49,2 millions d'euros - c'est ce qu'a annoncé la société allemande lundi soir, qui devrait pouvoir sortir de sa procédure d'insolvabilité à la fin de l'automne. Occasionnant alors la prise de pouvoir des nouveaux investisseurs.


Gerry Weber


Le représentant général de Gerry Weber, Christian Gerloff, a souligné mardi qu'il s'agit d'« une étape décisive dans la restructuration de l'entreprise ». Le PDG, Johannes Ehling, a déclaré qu'avec cet accord d'investissement contraignant dans le cadre d'une procédure d'insolvabilité, Gerry Weber retrouve « d'excellentes perspectives pour l'avenir ».

La décision a été prise quelques jours avant le grand salon CPD à Düsseldorf. Avant cet accord, Gerry Weber craignait que de nombreux revendeurs ne réduisent leurs commandes, sceptiques quant à la survie de l'entreprise.

Gerry Weber connaît une grave crise depuis des années. L'entreprise ne souffre pas seulement de la baisse de la fréquentation des centres-villes et du triomphe du e-commerce, mais également de ses propres erreurs, notamment un investissement trop important dans son réseau de magasins en propre, qui ont aggravé ses difficultés. Fin janvier, le groupe a dû déposer son bilan sous administration directe.

Le principe de son sauvetage doit désormais être approuvé par l'assemblée des créanciers. Cela ne devrait pas être un obstacle insurmontable. Celle-ci a déjà approuvé à l'unanimité l'accord d'investissement et les points clés du plan d'insolvabilité, qui prévoit, entre autres, une renonciation partielle des créditeurs à leurs créances. Et Stefan Meyer, l'administrateur nommé par le tribunal, a également donné son feu vert à l'accord.

Selon Johannes Ehling, la restructuration du groupe, lancée l'été dernier, qui comprend la fermeture d'environ 146 magasins en Allemagne, connaît aujourd'hui son premier succès. Cette stratégie sera poursuivie sous l'égide de ses nouveaux propriétaires. À l'avenir, Gerry Weber sera beaucoup plus sélectif sur le marché allemand et devrait mettre à jour sa présence e-commerce.

Pour les anciens actionnaires de Gerry Weber, cependant, l'accord signifiera probablement la fin de tous leurs espoirs de récupérer leurs billes. Le plan de résorption de l'insolvabilité prévoit une « réduction du capital à zéro euro ». En d'autres mots, les actionnaires existants seront expulsés de la société sans indemnisation. Cela vaut également pour la famille fondatrice de Gerry Weber. Les nouvelles actions émises à l'étape suivante appartiendront dans un premier temps à Robus et Whitebox.

Pour les créditeurs - dont les créances à l'encontre du groupe de mode s'élèvent à environ 300 millions d'euros -, le plan d'insolvabilité prévu offre la possibilité de choisir entre un règlement en espèces classique et divers instruments financiers, avec lesquels ils pourraient bénéficier de l'éventuel succès de l'entreprise à l'avenir.

L'accord avec Robus et Whitebox a été précédé d'une concurrence très intense : trois candidats au rachat se faisaient la course au coude à coude. Même la famille Weber, fondatrice de l'entreprise, avait été distancée par le peloton de tête. Stefan Meyer souligne qu'en fin de compte, l'offre qui a prévalu « représente la meilleure option non seulement pour satisfaire les créanciers, mais aussi en ce qui concerne la rapidité et la sécurité des transactions ». L'investisseur financier Robus avait déjà acquis début juillet une participation majoritaire au capital de la marque Hallhuber, filiale du groupe Gerry Weber dont il s'était porté au secours.