×
7 070
Fashion Jobs

Gilets jaunes : perte de 25 % en moyenne sur un an pour le commerce

Par
AFP
Publié le
today 26 déc. 2018
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le secteur du commerce enregistre un recul moyen de 25 % sur un an en raison des manifestations des « gilets jaunes », a estimé samedi la secrétaire d’Etat à l’Economie, assurant que « des milliers d’emplois sont en jeu ».


Des gilets jaunes manifestent sur les Champs-Elysées, le 15 décembre 2018 - AFP


« On est plutôt sur une moyenne de moins 25 %, mais avec des très grands écarts », a déclaré Agnès Pannier-Runacher sur BFM TV lors d'un débat sur l'impact du mouvement des « gilets jaunes » sur le commerce. « Les commerçants qui ont des produits périssables sont les plus touchés parce qu'ils ne pourront jamais se rattraper sur leur marchandise », a-t-elle observé.

Interrogée sur des baisses de ventes de moins 40 % à moins 70 %, elle a estimé que cela concernait « les commerces qui ont été le plus touchés, ceux qui ont été amenés à fermer le rideau certains samedis de ces dernières semaines ».

« Les petits commerçants m'ont annoncé de moins 15 % à moins 40 %, moins 50 % », a dit de son côté Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants de France. « Rattraper en trois jours, cinq semaines de chaos et de crise, ce ne sera pas possible », a-t-il affirmé. « L'ambiance n'est pas revenue », a-t-il ajouté, en dénonçant « un samedi de trop » du côté des « gilets jaunes ».

Pour le président de la Confédération des commerçants, « on ne rattrapera pas le temps perdu. Les pertes sont fortes, il y a beaucoup d'inquiétude (...) et en plus, ça touche l'emploi ».

« Il y a des milliers d'emplois en jeu » et « des sujets de trésorerie très importants » chez des commerçants, selon la secrétaire d'Etat. « On a 43 000 personnes en chômage partiel qui ont été demandées ». « Il faut vraiment se mobiliser et que les Gilets jaunes arrêtent de bloquer », a ajouté Agnès Pannier-Runacher.

Pour sa part, François Momboisse, président de la Fevad, la fédération de la vente à distance, a dit que l'e-commerce n'avait pas particulièrement bénéficié des difficultés du commerce traditionnel.

« Les deux premières semaines de décembre, les ventes ont été normales pour le e-commerce. Il n'y a pas eu de saut (...) Il y a un redémarrage là, juste avant Noël, la dernière semaine », a-t-il expliqué.

« La tendance (générale) est toujours à plus 14 %, c'est la tendance qu'on a depuis trois-quatre ans. Il n'y a pas un boom de la croissance, plus 25 ou plus 30, pas du tout », a affirmé François Momboisse.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.