Gilets jaunes : un mois de décembre déjà irrécupérable pour les commerces

Malgré un recul notable de la mobilisation au niveau national durant le week-end du 15 et 16 décembre, les centres commerciaux ont à nouveau affiché un recul de 10 % de la fréquentation par rapport au même week-end l’année précédente. Et les jours restants avant Noël ne permettront plus de rattraper le retard.


Les centres commerciaux auraient depuis le début de la mobilisation cumulé près de 2 milliards d'euros de pertes - AFP

Ce cinquième samedi de contre-performance « a donc fortement impacté l’activité des centres commerciaux », indique le délégué général du Conseil National des Centres Commerciaux, Gontran Thüring. Rappelant que la filière représente 5 % du PIB et 525 000 emplois, le responsable avance désormais un ordre d’idée du préjudice subi. « Les quelques jours qui restent avant Noël ne permettront pas de récupérer la perte de chiffre d’affaires qu’on peut estimer à 2 milliards d’euros. »

Même s’il s’annonçait plus calme que les précédents, ce week-end inquiétait également l’Alliance du Commerce. L’organe représentatif des grands magasins et des enseignes d’habillement rappelaient que les trois précédents samedis avaient généré des reculs successifs de 80 %, 50 % et 35 % des ventes. Le week-end du 15 décembre a finalement abouti à des pertes d’activité globale atteignant 25 %, tandis que certaines enseignes, à nouveau contraintes de fermer partiellement ou totalement, ont perdu jusqu’à 80 % de leur chiffre d'affaires.

« Pour l’ensemble du secteur, le bilan de ces dernières semaines sera difficile et une grande part de l’activité est perdue et ne sera pas rattrapée », pour le directeur général de l’Alliance, Yohann Petiot, qui appelle à accélérer les mesures de soutien. Le responsable communiquait ainsi la semaine passée à FashionNetwork.com les premiers arrêtés préfectoraux autorisant des ouvertures exceptionnelles le dimanche. Une mesure souhaitée par Bercy qui tarderait dans la majorité des cas à trouver son chemin en régions, déplore toujours l’organisme professionnel.

« Il n'y a clairement pas de report des achats sur Internet », nous expliquait de son côté la semaine passée Marc Lolivier, délégué général de la Fédération de l'e-commerce (Fevad), contredisant un raisonnement qualifié de « simpliste », relayé par Bercy quelques jours après des mesures annoncées contre les Gafa. Pour le représentant de l’e-commerce, Internet n’échappe pas à « l’effet de sidération » des consommateurs. « Les remontées que l'on a depuis dix jours font état d'un impact négatif sur la croissance » des sites d'e-commerce interrogés par la Fevad, indique-t-il, de l'ordre de 6 à 7 % au lieu des 14 % prévus en novembre-décembre à périmètre non constant.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Business
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER