×
6 851
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Gilets jaunes : un quatrième week-end de pertes pour le commerce

Publié le
today 10 déc. 2018
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pour la quatrième semaine de suite, les fédérations du commerce se livraient lundi au décompte de l’impact des gilets jaunes sur l’activité du week-end. Au cours de la très stratégique deuxième fin de semaine de décembre, les centres commerciaux ont ainsi vu leur fréquentation reculer de 17 % en moyenne, tandis que l’Alliance du Commerce (grands magasins et enseignes d’habillement/chaussures) annonce des pertes allant de 25 à 35 %.


Mobilisation des gilets jaunes fin novembre dans une zone commerciale à Colmar - AFP


« Ce chiffre me parait inférieur à celui des autres week-ends, mais reste tout de même considérable pour l’un des meilleurs week-ends de l’année », explique Yohann Petiot, directeur général de l’Alliance, qui explique à FashionNetwork.com que nombre de commerces avaient cette fois décidé de garder portes closes. Notamment à Paris, où de nouveaux heurts étaient particulièrement anticipés.

« Les pertes de chiffre d'affaires sont colossales et ne seront pas rattrapées », indique ainsi à Reuters Pierre Pelarrey, directeur général du Printemps Haussmann, face auquel s'étaient déjà tenus des affrontements une semaine plus tôt. La perte d'activité serait de 30 %, pour ce haut lieu du tourisme commercial, mais également de 25 % dans les magasins de l'enseigne en province. A noter que les achats de Noël comptent pour 20 % du chiffre d’affaires du Printemps, toujours selon Reuters. Le concurrent Galeries Lafayette n'a en revanche pas donné de chiffres, mais a également indiqué que le manque à gagner du fait de la fermeture du samedi 8 décembre ne serait pas rattrapé.

En régions, beaucoup de zones commerciales ont à nouveaux connu des blocages, partiel ou total, selon l'Alliance du Commerce, dont Caen, Poitiers, Avignon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Narbonne, Lyon, Rouen et autres. « Certains magasins ont également connu des dommages matériels et des pillages », pointe Yohann Petiot.
 
De leur côté, les centres commerciaux et galeries marchandes ont connu samedi un recul de 17 % de leur fréquentation, selon le constat dressé par Gontran Thüring, délégué général du Conseil national des centres commerciaux (CNCC). Chute qui marque un renforcement par rapport au recul de 14,3 % constaté le samedi 24 novembre, puis de 12,7 % le 1er décembre, selon l’analyse effectuée à partir de 280 centres commerciaux, sur les 800 que compte le pays.

Pour le Conseil National des Centres Commerciaux, « il y a un effet psychologique important, les gens préfèrent reporter leurs achats et rester chez eux ». Ce recul est principalement dû aux « blocages complets ou filtrants des ronds-points d'accès aux sites périphériques qui subsistent dans de nombreuses régions ». Et « pour la première fois, les centres commerciaux des centres-villes ont enregistré la baisse de fréquentation la plus élevée, avec plus de 20 % », ce que le CNCC lie aux « violences observées au cœur de villes telles que Bordeaux, Toulouse ou Saint-Etienne ».

Quant aux six mesures mises en place par le ministère de l'Economie pour accompagner les commerçants, elles tarderaient encore à gagner le terrain. « Nous avons un peu plus de précision sur le déroulement des reports de charges sociales », explique Yohann Petiot. « Ce que je ressens néanmoins, c'est que cela met beaucoup de temps à arriver sur le terrain. Et la bienveillance qui est annoncée (Bercy appelle banques et assureurs à se montrer à l'écoute, ndlr), elle ne se vérifie pas toujours. »

La rédaction avec agences

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com