×
Publié le
26 août 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

GL Events s'offre le salon Tranoï

Publié le
26 août 2020

C'est au final au sein d'un géant de l'événementiel que Tranoï va poursuivre son histoire. Avec la pandémie de coronavirus, le salon avait vu son rendez-vous de février perturbé et dû renoncer à son édition masculine en juin dernier. Fragilisé, l'événement lancé en 1998 et référence parisienne des événements mode et créateurs, avait été placé en redressement judiciaire au début de l'été. Le 31 juillet, le tribunal de commerce de Paris a donc validé l'offre de reprise du groupe GL Events qui a choisi de reprendre les actifs de l'événement.


Instagram


Pour GL Events, qui possède désormais 90% de la structure alors que le directeur général Boris Provost conserve 10% des parts, il s'agissait d'une opportunité pour renforcer l'offre mode de sa filiale GL Events Exhibitions. Le groupe lyonnais, qui anime plus de 300 événements dans le monde, est en effet l'actionnaire de référence de Première Vision.

" Le groupe avait deux opérations dans la mode avec Première Vision et le salon Fashion Source de Shenzhen. Il ajoute une troisième marque, qui est forte et historique, pour constituer la division mode de GL Events, explique Gilles Lasbordes, directeur général de Première Vision. Nous avons le même actionnaire avec des opérations différentes mais des points communs sur la création, la sélectivité, l'internationalisation et la curation. L'intérêt pour le groupe est d'avoir Première Vision plus en amont et Tranoï plus en aval, sans concurrence entre les deux entités. A nous deux, nous allons avoir une meilleure compréhension de la chaîne de la mode créative au niveau international."

Ainsi GL Events va pouvoir faire bénéficier le salon Tranoï du réseau international de Première Vision, en particulier pour la promotion des rendez-vous parisiens qui se dérouleront toujours durant les périodes de Fashion Weeks.

Pour Boris Provost, arrivé en tant que directeur général et actionnaire minoritaire du salon en 2019 pour redynamiser le format l'événement, la crise de la Covid-19 a porté un coup aux projets engagés. Et face au souhait de désengagement de ses actionnaires historiques Armand Hadida et Patrick Lecêtre, la structure s'était retrouvée sous pression et devait trouver de nouveaux partenaires financiers.

Ce rapprochement représente donc une opportunité. "Pour Tranoï, cela représente tous les avantages de rejoindre un grand groupe sans les inconvénients. Car nous rejoignons un salon leader sur son marché qui a les mêmes valeurs que les nôtres. Aujourd'hui Tranoï est fragilisé par la situation de son marché de la création et le fait d'être une PME. De rejoindre ce groupe va nous permettre d'être plus solide en étant appuyé financièrement mais aussi en termes d'expertises afin de densifier notre rayonnement. Nous sommes en phase de lancement digital. Nous allons aussi apprendre des expériences des plateformes de Première Vision. C'est une réelle opportunité de passer d'un statut de PME à celui de filiale d'un groupe établi."

L'intégration de Tranoï dans l'organisation du groupe GL Events va s'opérer dans les prochaines semaines et les équipes de Tranoï devraient ensuite rejoindre celles de Première Vision. Pour l'heure, Tranoï conserve sa présence durant les Fashion Weeks parisiennes et les passerelles entre les deux univers ne sont pas encore envisagées pour la prochaine Semaine de la mode parisienne.

"Nous verrons à l'avenir les types de collaboration que nous pouvons avoir, glisse Gilles Lasbordes. L'enjeu présent est d'épauler Tranoï puis de pouvoir évaluer les synergies. Les équipes de Première Vision n'ont pas la compétences des équipes de Tranoï sur le sujet de la jeune création. Nous sommes compétents sur la curation d'une offre textile et cuir. En ce sens, nous sommes vraiment complémentaires. Le cœur des visiteurs de Première Vision sont les acteurs de la Fashion Week, Tranoï est un acteur incontournable de la Fashion Week donc nous sommes dans le même écosystème."

Les deux entités devraient donc conserver leur rythme propre et veulent s'affirmer leur marché. "Les ressources de Première Vision doivent permettre à Tranoï de se renforcer sur certains points. Mais la phase qui est devant nous actuellement n'est pas une phase d'exportation du produit Tranoï mais plutôt de renforcement de l'événement parisien avec une consolidation du visitorat d'acheteurs internationaux qui, nous l'espérons, pourront revenir prochainement."

Pour répondre aux besoins des marques internationales et faire face aux contraintes liées à la pandémie, Tranoï a lancé sa solution digitale Tranoï Link. Son édition de rentrée est aussi maintenue à Paris du 2 au 5 octobre au Palais de la Bourse. Une édition qui sera forcément de transition avec le contexte global si particulier. Pour Tranoï comme pour Première Vision, 2021 est clairement l'horizon.




 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com