×
Publicités
Par
AFP
Publié le
6 déc. 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Go Sport: audience fixée le 19 décembre concernant sa situation financière

Par
AFP
Publié le
6 déc. 2022

Le parquet de Grenoble a convoqué la direction de Go Sport le 19 décembre pour en savoir plus sur la situation financière du distributeur spécialisé dans le sport, propriété du même actionnaire que Camaïeu, Hermione People and Brands (HPB), alors que les représentants de salariés s'inquiètent, a appris l'AFP lundi.


Go Sport


Le parquet de Grenoble a confirmé à l'AFP qu'une audience est prévue le 19 décembre afin de vérifier que l'entreprise n'est pas en situation de cessation de paiements à brève échéance. HPB a confirmé la date de l'audience et affirmé que "Go Sport n'est pas en cessation de paiements" et qu'il aura "dans 48 heures les éléments permettant d'étayer ces arguments".

Les élus du comité social et économique central (CSEC) et les organisations syndicales CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, CFDT de Go Sport s'inquiètent que "plus de 2.000 salariés de Go Sport" puissent "subir le sort des salariés de Camaïeu", selon une déclaration transmise à l'AFP. Ils ont lancé "une procédure judiciaire devant le tribunal de commerce avant qu'il ne soit trop tard".

HPB est la branche spécialisée dans la distribution de la Financière immobilière bordelaise (FIB), groupe de l'homme d'affaires bordelais Michel Ohayon.

Également présent dans l'hôtellerie de luxe (Grand Hôtel de Bordeaux, Waldorf Astoria Trianon Palace Versailles) et le vin, il s'est fait connaître ces dernières années en rachetant de nombreuses enseignes de la distribution souvent à bas prix ou devant les tribunaux, parmi lesquelles des Galeries Lafayette en région, La Grande Récré, Gap France ou Café Légal.
Et Camaïeu, qui a été liquidée fin septembre, en supprimant 2.600 emplois.

Selon l'avocate du CSEC de Go Sport Evelyn Bledniak, qui rappelle que "chaque entreprise a ses particularités", le comité "a déposé une demande auprès du tribunal de commerce pour la désignation d'un administrateur judiciaire" au terme d'une procédure de "droit d'alerte économique lancée en octobre pour avoir un point sur la situation financière et la trésorerie de Go Sport".

"Même actionnaire, mêmes effets?", s'interrogent les élus du CSEC et les organisations syndicales du groupe de distribution spécialisé. "Dans tous les cas, l'objectif est de vérifier que Go Sport n'est pas en situation de cessation de paiements à brève échéance, ce qui est une des conclusions du rapport de l'expert-comptable mandaté par le CSEC".

Go Sport, en perte depuis des années, avait été racheté pour un euro symbolique par HPB, auprès de la maison mère du groupe de distribution alimentaire Casino, la société Rallye, lourdement endettée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.