×
Publicités
Publié le
7 déc. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Go Sport: Benoît Verdier n'est plus directeur général

Publié le
7 déc. 2022

En septembre dernier, Benoît Verdier, jeune et dynamique directeur général de Go Sport qui avait pris les rennes du distributeur français d'articles de sport en janvier 2022, présentait son plan de transformation de l'enseigne. Un projet ambitieux sur le papier qui devait permettre à Go Sport de monter en gamme afin d'en faire un multi-spécialiste, attirant marques et clients. Mais le dirigeant ne pourra pas déployer ce plan. Selon le média spécialisé Sport Guide, Benoît Verdier n'est plus le directeur général de la société propriété du groupe Hermione People & Brands. Wilhelm Hubner, président de HPB, et Samuel Alimi, vice-président, assurent la direction générale de l’entreprise précisent nos confrères.


Benoît Verdier avait été nommé directeur général le 22 février 2022. - Go Sport


Ce sont donc les dirigeants qui devraient, ce 19 décembre, répondre à la convocation du parquet de Grenoble, qui souhaite avoir plus d'informations sur la situation financière de l'enseigne. Une procédure enclenchée après que des élus du comité social et économique central (CSEC) et les organisations syndicales CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, CFDT de Go Sport s'inquiètent que "plus de 2.000 salariés de Go Sport" puissent "subir le sort des salariés de Camaïeu", selon une déclaration transmise à l'AFP. Ces représentants des salariés ont expliqué avoir lancé "une procédure judiciaire devant le tribunal de commerce avant qu'il ne soit trop tard". Selon Le Monde, le 22 novembre les commissaires aux comptes de l'entreprise, KPMG et Ernst&Young, ont envoyé à la direction de Go Sport "un rapport spécial d'alerte".

Pour la direction d'HPB, qui "dément formellement les informations erronées qui circulent sur la situation financière de Go Sport", "La requête de Monsieur le Procureur de la République de Grenoble est fondée sur des informations erronées en cours de rectification, ce qui cause un grave préjudice à Go Sport et à ses actionnaires". L'enseigne enregistrerait ainsi des progressions de ventes à magasins comparable par rapport à l'an passé. Le groupe, propriété de l'homme d'affaires bordelais Michel Ohayon et qui est par ailleurs propriétaire de 25 magasins Galeries Lafayette en régions, avance dans une communication datée du 6 décembre que la situation de Go Sport "autorise à établir des prévisions de trésorerie positives sur toute l’année 2023, permettant de faire face aux aléas et sensibilités économiques". Et met en garde: "aucun amalgame ne doit être fait entre Camaieu et Go Sport". Le géant de la distribution de prêt-à-porter a été liquidé le 25 juillet dernier.

Le projet de redéploiement de Go Sport s'appuyait sur un financement bancaire nécessairement conséquent. 

Le groupe avançait il y a quelques semaines pouvoir, avec Go Sport et ses 223 magasins, retrouver en 2022 un volume d'affaires de 500 millions d'euros sur l'ensemble du réseau, dont 380 millions d'euros sur ses activités gérées en direct.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com