×
Publicités

Gore-Tex veut exister au rayon mode

Publié le
28 janv. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Réputé par ses membranes isolantes, le spécialiste américain des matériaux techniques Gore-tex expose jusqu'au 29 janvier sur le salon Ispo à Munich. La société, spécialiste des membranes de protection contre les intempéries, présente notamment une sélection de produits urbain, réalisés avec des labels comme Stone Island ou Supreme. Un rendez-vous immanquable pour tous les acteurs du sport que l'entreprise avait fait précéder d'un showroom parisien, au moment de la Fashion Week masculine, afin de mettre en scène le progressif glissement de son activité vers des marques et collaborations plus mode. Evolution illustrée pour l'occasion par une collaboration avec l'artiste de rue new-yorkais Futura.


L'installation de la marque dans une galerie du Marais à Paris. - Gore-tex


Gore-Tex avait pour l'occasion pris ses quartiers dans le Marais, rue des Francs-Bourgeois, quartier où se côtoient historiquement marques haut de gamme, grandes enseignes et jeunes créateurs. Dans une galerie épurée du IIIème arrondissement, l'exposition "Selected Memories of Functionnality" proposait une immersion dans l'histoire créative de l'entreprise, aussi bien en termes de vêtements, avec des pièces d'archives ou plus récentes de Nikelab, Burton, Junya Watanabe, Off-White ou A Bathing Ape, qu'en matière de chaussures, avec des Nike SB Dunks, Clarks Wallabees, Converse imperméables et autres modèles siglés Timberland et Danner.

"C'est la seconde fois que nous avons un showroom pendant la Fashion Week de Paris", nous a notifié Benedikt Schlichting, business leader performance wear de Gore-tex, rencontré à cette occasion. "Notre marque est profondément enracinée dans le marché de l'outdoor, via des matériaux de haute performance, mais nous avons vu au fil des ans que ce segment se rapproche toujours plus de celui de la mode et de la création. Nous pensons qu'il y a un nouveau créneau dans lequel évoluer, car les consommateurs veulent désormais les deux : des pièces créatives mais également capables de résister à n'importe quelles conditions à l'extérieur. Nous avons historiquement toujours été dans la mode : l'un de nos premiers produits en 1976 était un bomber conçu avec une marque américaine." 

Pour sa première incursion à la Fashion Week parisienne, Gore-tex avait collaboré avec le styliste et conseiller créatif Stephen Mann. Pour cette seconde édition, le showroom s'est tourné vers l'artiste Leonard Hilton McGurr, dit Futura. Rendu célèbre par ses graffitis aux graphismes futuristes et abstraits, le créateur a usé de son art pour personnaliser quatre combinaisons Gore-Tex conçues pour l'occasion. Mais le rendez-vous était surtout l'occasion de présenter un poncho imaginé par la firme, ainsi qu'une paire de chaussures initiée par The Footsoldiers, et développée en concertation par Gore, Avery Dennison, Vibram et Shoefabrik. Deux produits qui ont été ornés d'un motif signature conçu par Futura.

Une approche entre technologie et création qui illustre l'évolution des collaborations entre Gore-Tex et les marques. "Quand nous avons commencé à aller dans cette direction, un grand nombre de marques venaient surtout pour développer leurs pièces outdoor", a raconté Benedikt Schlichting. "Mais cela est devenu l'occasion de mettre à jour leurs matériaux, et progressivement nous avons renforcé nos collaborations avec des marques DKNY, Jil Sander, Off_White, Supreme, Canada Goose, Moncler, et bien sûr des incontournables comme Nike ou Adidas Originals, avec lesquels nos collaborations se développent d'année en année."


Deux pièces issues de la collaboration avec Futura Laboratories - Gore-tex


Au-delà de l'outdoor lui-même, Gore-tex jouit toujours d'un positionnement fort sur le marché des vêtements de protection pour deux roues, des pièces dédiées à la voile, ou encore des produits destinés à l'univers de la pêche.

Fort de six décennies d'existence et de 10 500 collaborateurs, l'entreprise s'est fixé des objectifs en matière de protection de l'environnement. La marque s'est donné jusqu'en 2023 pour éliminer de sa production textile les PFC (perfluocarbures), jugés nocifs pour la planète, de ses laminés grand public. " Ils représentent encore près de 85 % des pièces sur le marché", indique l'entreprise, incluant vestes, chaussures, gants et accessoires.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com