×
5 625
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
5 sept. 2014
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Gouvernement : Matthias Fekl prend la tête du commerce extérieur

Publié le
5 sept. 2014

Neuf jours. C’est ce temps qu’aura passé Thomas Thévenoud au secrétariat d’Etat au commerce extérieur, au tourisme et aux Français de l’étranger. Le député Matthias Fekl, 36 ans, prend la relève.


Matthias Fekl


Une arrivée surprise pour l’intéressé comme pour les observateurs. L’Elysée a annoncé hier la démission de Thomas Thévenoud pour "raisons personnelles", qui s’avèrent au final être des "retards de déclaration et de paiement" au fisc. Problèmes désormais "intégralement régularisés".

Qui est Matthias Fekl ? Député du Lot-et-Garonne, membre de la commission des Lois à l’Assemblée nationale et ancien partisan de Dominique Strauss-Kahn, le nouveau secrétaire d’Etat est un "Hollandiste". Ayant grandi à Berlin, il est détenteur de la double nationalité franco-allemande.

Les impôts n’étaient déjà pas étrangers à son arrivée sur la scène législative, puisqu’il avait dû gérer la succession difficile de Jérôme Cahuzac, lui-même élu du Lot-et-Garonne.

Issu de Normale Sup, Sciences Po et l’ENA, ex-magistrat administratif puis conseiller à la présidence de la Haute Assemblée, il fut notamment secrétaire national aux institutions, à la réforme et à la modernisation de l’Etat au Parti Socialiste.

Comme FashionMag l’indiquait lors de la nomination de Thomas Thévenoud, le nouvel arrivé va trouver sur son bureau le plan "Export+" dédié à la santé et aux cosmétiques.

Un programme via lequel Ubifrance, l'agence publique pour le développement des entreprises, devrait accompagner ces entreprises dans leurs démarches d'implantation au Brésil, Chine, États-Unis, Inde et Russie, "les 5 pays les plus porteurs pour l'offre française".

Avec des coûts de certification des produits qui seront financés à 50 % à travers une avance remboursable d'un montant maximum de 200 000 euros. 

Davantage encore transversale, Fleur Pellerin avait initié en juillet dernier à l’occasion du salon Who’s Next une "French Tech" de la création. Un projet qui vise à fédérer les acteurs français de la création (mode, télévision, littérature, organisateurs de salons…) en vue d’amener une coordination et une émulation entre leurs initiatives menées à l’étranger.

Une ligue de la création culturelle française à l’étranger sur laquelle la nouvelle ministre de la Culture devrait garder la main, et où le concours de Matthias Fekl est attendu.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com