×
Publicités
Publié le
29 nov. 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Green Impact Index, un futur outil d’affichage environnemental et social des produits de beauté

Publié le
29 nov. 2022

A compter du janvier 2023, le secteur du textile et de l’habillement devra se plier à l'obligation de traçabilité instaurée par la loi Agec (loi anti-gaspillage pour une économie circulaire) en affichant sur les produits les pays où sont réalisées les différentes étapes de production du vêtement. Et d’ici la fin de l’année, à l’instar du "nutri-score" pour les produits alimentaires, un "éco-score" pour les vêtements pourrait aussi être imposé. Des échéances qui poussent les acteurs de la beauté à anticiper et à se mettent en ordre de bataille, quitte à entrer en concurrence avec leurs (futurs) outils de mesure. 


Le consortium Green Impact Index travaille sur un baromètre de d’affichage environnemental et social des produits de soin et de bien-être. - DR


Alors qu’en France 17 millions de consommateurs utiliseraient une application pour scanner la composition des produits cosmétiques, 25 acteurs de l’industrie de la beauté, représentant un millier d’entreprises parmi lesquelles Aroma-Zone, le Groupe Rocher ou encore Léa Nature et les syndicats professionnels comme Cosmebio et Cosmed, s’allient pour créer le Consortium Green Impact Index.

Initialement développé par le groupe Pierre Fabre en 2021 afin de mesurer, mais également améliorer et indiquer les impacts environnementaux et sociaux des produits cosmétique des marques, cet index analyse le cycle de vie des produits au travers du six étapes : matière première, fabrication, transport, distribution, utilisation et fin de vie.

Les acteurs du Consortium se sont donc associés, sous la coordination d’Afnor Normalisation pour revisiter la méthodologie et développer un outil d’affichage environnemental et social des produits de beauté. Une méthodologie qui se veut simple et accessible, même aux plus petites entreprises, et qui devrait être disponible à la fin du deuxième trimestre 2023.

Mais ce consortium n’est cependant pas le premier du genre à voir le jour. Initié en septembre 2021 par les groupes français L’Oréal et LVMH, le brésilien Natura &Co, l’allemand Henkel et l’anglo-néerlandais Unilever, le consortium EcoBeautyScore, dont l’objectif est de lancer un système commun de notation de l’impact environnemental des produits de beauté, fédérait cinq mois après son lancement une cinquantaine de groupes et marques comme BeiersdorfCoty et Estée Lauder.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com