×
Publicités
Publié le
12 nov. 2020
Temps de lecture
7 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Groupe Printemps: les dessous du plan de fermetures

Publié le
12 nov. 2020

La tension était palpable depuis plusieurs mois. Entre le confinement du printemps, un courrier aux fournisseurs qui avait valu des remontrances ministérielles, la baisse de fréquentation des grands lieux de commerce et la chute vertigineuse des touristes en France, l’activité des grands magasins était au point mort. Les chiffres murmurés par les marques depuis des semaines étaient catastrophiques.


Des postes seront aussi supprimés à Haussmann, mais le magasin amiral reste ouvert. - DR


Dans ce contexte délétère, ce 10 novembre, le couperet est tombé au sein du groupe Printemps. Le géant français de la distribution, propriété depuis 2013 de la société luxembourgeoise Disa qui appartient à des investisseurs du Qatar, va fermer un quart de ses points de vente en France d’ici à 2022. Au total ce sont 7 de ses 27 points de vente en France qui vont baisser leur rideau dans les deux prochaines années. Soit quatre grands magasins Printemps sur dix-neuf (Paris Place d’Italie, Le Havre, Strasbourg, Metz), et trois de ses huit unités Citadium (Paris Champs-Élysées, Paris Nation situé dans le Printemps Nation et Toulon).

Le Printemps, c'est un acteur majeur de l'histoire du commerce en France, avec des premières lignes écrites en 1865. Aussi l'annonce de cette restructuration secoue tout le secteur de la mode et du luxe et est aussi ressentie comme un choc au niveau local où ces fermetures pourront affecter les équilibres commerciaux.

Sur le plan humain, 428 postes au total sont concernés selon la direction du groupe, incarnée depuis début octobre par Jean-Marc Bellaiche, qui remplaçait Paolo de Cesare, parti en mars dernier. Des salariés à qui des mesures seront proposées, annonce le groupe, qui explique viser un redéploiement. Une première réunion concernant le plan est annoncée pour le 20 novembre.

Mais, selon les représentants de la CGT, le plan annoncé comprend aussi 44 suppressions de postes dans le navire amiral d’Haussmann et 79 suppressions de postes (pour 13 créations) au siège. Le syndicat relève que de très nombreux postes supplémentaires seraient également menacés. En effet, les magasins accueillent également des démonstrateurs employés par les marques qui y sont présentes en corner. "Rien que la fermeture des quatre magasins Printemps, ce ne sont pas 193 suppressions de poste comme annoncé mais plus 400 emplois concernés. En effet, l’essentiel du personnel de vente est du personnel extérieur qui pour la plupart a fait sa carrière au Printemps et est attaché à cette entreprise", exprime le syndicat, qui évalue à environ 600 le nombre total d’emplois en danger.
 

D’autres sites sur la sellette ?


 
Un nombre de postes conséquent qui aurait pu être encore plus important, précise le syndicat à FashionNetwork.com. Un accord aurait été trouvé avec le bailleur de son Printemps de 6.000 mètres carrés dans le centre Polygone Riviera de Cagnes-sur-mer (06). Le site de Rouen, inauguré en 1928 et rénové ces dernières années, figurait semble-t-il également sur la liste des magasins en danger. Les deux sites restent finalement ouverts. Mais la CGT souligne avoir appris qu’un plan de performance collective est en vue après le PSE, ce qui permettrait à la direction du groupe "de remettre en cause le temps de travail ou la rémunération des salariés". Les représentants syndicaux craignent de voir d’autres fermetures de magasins se mettre en place si les équipes n’acceptent pas ses conditions.
 
Sans décrire pour chaque point de vente les raisons de sa fermeture, la direction précise que les décisions ont été motivées au cas par cas, notamment en raison des conditions des baux commerciaux ou d’un problème de zone de chalandise plus assez attractive. Pour la CGT, "une nouvelle fois, les salariés paient de leur personne les mauvais choix stratégiques de nos dirigeants qui avaient tout misé sur le luxe et la clientèle internationale. Les élus n’ont pas arrêté d’alerter sur ces enjeux qui ne correspondent pas à notre type de clientèle et notamment en province".

Quel est le profil des magasins qui vont fermer?


 
Alors, quels sont précisément les contours de ces magasins voués à la fermeture ? FashionNetwork.com dresse individuellement le portrait de ces emplacements commerciaux, pour lesquels la direction du groupe Printemps espère trouver des repreneurs.


Le magasin du Havre - DR


Printemps - Le Havre
Le magasin du Havre a connu plusieurs vies. Inauguré en 1928, ce point de vente de centre-ville a été reconstruit en 1954 par l'atelier d'Auguste Perret suite aux bombardements de la seconde guerre mondiale. Ce bâtiment semi-circulaire en béton armé fait aujourd’hui partie de la zone de Protection du Patrimoine Architectural du Havre. Situé à l'entrée du centre commercial Coty, il se déploie sur 3.350 mètres carrés et emploie près de 60 personnes en tout.


L'unité installée Place d'Italie à Paris - DR


Printemps - Place d’Italie, Paris
Situé dans le centre commercial Italie Deux, dans le XIIIe arrondissement de la capitale qui se présente comme le deuxième centre commercial de la capitale, ce vaste magasin de 5.940 mètres carrés comprenant deux niveaux a ouvert ses portes en 1976. Il a été rénové de fond en comble entre 2014 et 2015. Un coup de jeune n’a semble-t-il pas été suffisant pour relancer le point de vente.

Du côté d'Hammerson, la foncière qui gère le centre commercial, on précise "être déçu que l’enseigne ne soit pas parvenue à atteindre ses objectifs et triste d’apprendre qu’un fleuron national prenne une telle décision. Nous avions fait le constat commun avec la direction du magasin d’une baisse d’attractivité du Printemps d’Italie Deux ces dernières années, sans doute liée à l’évolution des attentes de nos visiteurs lorsqu’ils se rendent en centre commercial, et peut-être aussi parce que le magasin n’ouvre pas le dimanche, contrairement aux autres enseignes du centre". Pas moins de 170 collaborateurs et démonstrateurs dans ce magasin les six autres jours de la semaine.


L'impressionnant magasin strasbourgeois - DR


Printemps - Strasbourg
Lieu de shopping du cœur de la ville alsacienne depuis 1979 (1-5 rue de la Haute-Montée), le Printemps Strasbourg a été entièrement repensé en 2013, présentant depuis lors une enveloppe moderne d'aluminium et de verre. Un chantier qui avait nécessité l’investissement de près de 25 millions d’euros. Les sept étages du bâtiment abritent au total 7.000 mètres carrés de surface de vente, et font travailler environ 200 salariés Printemps et démonstrateurs des griffes. Une représentante locale de la CGT explique à 20 Minutes Strasbourg que le bailleur n’a pas voulu renégocier son loyer. Elle reproche à la direction du grand magasin la suppression du parking et du restaurant, et le fait d’avoir "transformé le magasin en un haut lieu du luxe qui exclut la grande partie de la population strasbourgeoise".


Architecture plus traditionnelle à Metz - DR


Printemps - Metz
Inauguré en 1974, le magasin de Metz se déploie sur 6.000 mètres carrés et quatre niveaux situés sur une artère très commerçante, au 10 rue Serpenoise, artère majeure de cité mosellane. Rénové en 2006, le point de vente emploie environ 120 collaborateurs Printemps et démonstrateurs. "La fermeture du Printemps à Metz est un cataclysme... Les causes structurelles des difficultés du commerce du centre de Metz sont connues: des causes générales (développement du commerce de périphérie puis de l’e-commerce), et des causes locales: un développement périphérique largement supérieur à la moyenne nationale et la création d’une offre excédentaire à Metz intra-muros avec Muse", indique le maire de la ville François Grosdidier à France3 Grand Est.


Citadium Champs-Elysées - DR


Citadium - Paris Champs-Élysées
L’enseigne street et jeune du groupe Printemps a installé en 2017 un magasin de 1.660 mètres carrés sur trois niveaux, au numéro 65 de la célèbre artère parisienne. Même si le bailleur n’est autre que son propriétaire qatari, Citadium y paie un considérable loyer (3 millions d’euros annuels déclarés lors de son ouverture), qui nécessite de générer un fort trafic pour espérer atteindre la rentabilité. A son inauguration, le point de vente visait quatre millions de visiteurs chaque année et se donnait trois ans pour être à l’équilibre. L’objectif n’a donc pas été atteint par ce point de vente qui compte 55 employés au total.


Citadium Nation - DR


Citadium - Paris Nation
L’enseigne créée en 2000 a pris ses quartiers en 2017 au sein du Printemps Nation (21-25 cours de Vincennes, Paris XXe), qui lui n’est pas menacé de fermeture par le plan de rationalisation en cours. Le concept de mode urbaine avait profité de la rénovation du bâtiment et l’ouverture de certains étages à d’autres enseignes comme Uniqlo et Maisons du Monde, pour s’adjuger un espace de vente de 760 mètres carrés qui occupe tout le 5e étage. Neuf collaborateurs Citadium et démonstrateurs y travaillent.


L'intérieur du magasin Citadium de Grand Var - Antonio Virga Architecte


Citadium - Toulon
Ouvert en 2014 dans le centre commercial Grand Var (situé le long de l’autoroute reliant Toulon à Hyères), ce magasin Citadium signait alors la première implantation de l’enseigne hors de Paris, bénéficiant là aussi de la refonte du point de vente Printemps sur place. Un point de vente de 2.200 mètres carrés qui accueille 26 salariés de Citadium et de ses marques partenaires mais qui avait la particularité de ne pas se situer dans un grand centre urbain, mais dans un centre commercial de périphérie.
 
Reste à découvrir le calendrier précis de ce plan de fermeture et s’il permettra d’améliorer la rentabilité d’un groupe qui  revendiquait sur son exercice clos le 31 mars 2019, un chiffre d’affaires de 1,7 milliard d’euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com